Prairies fleuries: concilier agriculture et biodiversité
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

La mesure agro-environnementale "Prairies fleuries" est un exemple d’action agricole au bénéfice de la biodiversité.

Les Prairies fleuries sont une démarche où la synergie entre biodiversité et agriculture prend tout son sens. D’une part, cette mesure agro-environnementale (MAE) reconnaît la technicité et le rôle des agriculteurs dans la préservation de la diversité biologique et d’autre part, elle met en avant la valeur de la biodiversité des prairies pour les exploitations agricoles. Tout l’enjeu est de conduire les agriculteurs à "trouver une articulation entre les surfaces à gestion extensive, où la biodiversité peut être valorisée, et intensive, nécessaires à l’économie de l’exploitation."L’agriculteur s’engage sur un résultat (la présence sur sa parcelle d’au moins quatre espèces de plantes parmi une liste de référence) sans qu’il n’y ait de pratiques imposées.

L’objectif est la préservation d’une flore riche et variée. Elle conditionne en effet l’équilibre des écosystèmes, entretient la présence des abeilles et le maintien d’une apiculture dynamique, façonne la saveur des fromages locaux et offre à chacun des paysages incomparables.

Quel rôle jouent les abeilles pour la biodiversité ?

Les abeilles sont un maillon essentiel de la biodiversité : elle permettent la pollinisation – le transport de grains de pollen permettant de féconder les plantes - de très nombreuses cultures et arbres fruitiers. En 2005, l’apport des insectes pollinisateurs dont l’abeille aux principales cultures mondiales est évalué à 153 milliards d’euros, soit 9,5 %de la production alimentaire mondiale.
Enfin, les abeilles sont indispensables à la production de miel et des autres produits de la ruche. L’agriculture française compte 800 000 ruches, réparties dans 12 000 exploitations en métropole, qui produisent 14 800 tonnes de miel. Dans les départements d’outre-mer, 490 exploitations pratiquent l’apiculture, avec 18 600 ruches pour une production annuelle de 230 tonnes de miel.
Les mortalités importantes d’abeilles enregistrées en divers points du globe et en France mobilisent la communauté scientifique, les professionnels et les pouvoirs publics.

Voir aussi