Miimosa, plate-forme de financement participatif 100% agricole
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Il rêvait de dépoussiérer l’agriculture, d’en starifier les acteurs, et surtout de lui apporter un nouveau souffle. En novembre 2014, après une carrière dans l’audiovisuel, Florian Breton, petit-fils d’agriculteurs, lance Miimosa : une plate-forme de financement participatif dédiée à l’agriculture et à l’alimentation. Rencontre.

Vous avez créé le site internet Miimosa, de quoi s’agit-il ?

Miimosa est une plate-forme de financement participatif – autrement dit de crowdfunding – sur laquelle les agriculteurs et acteurs de l’alimentation peuvent faire appel aux internautes pour financer leurs projets. Aménagement d’un espace d’accueil à la ferme, achat d’une yaourtière, restauration de chai, voire installation d’un agriculteur… à chacun de déterminer son projet, les possibilités sont infinies ! Seule règle : proposer à l’internaute des contreparties attractives (bouteilles de vin, séjour à la ferme, cours d’œnologie…), selon le principe du "don contre don". Il s’agit d’utiliser le potentiel offert par le web et les réseaux sociaux, au service du financement de projets agricoles.

Le crowdfunding peut-il être une forme de réponse à la crise économique pour les agriculteurs ?

Il est vrai que depuis deux décennies, l’agriculture est assez fragilisée. Même si toutes les filières ne sont pas touchées de la même manière, les revenus des agriculteurs sont en baisse, et la chaîne de financement traditionnelle de l’agriculture – l’Europe, l’Etat, les banques -ne suffit plus à soutenir son développement. Or, les citoyens expriment aujourd’hui leur envie de se rapprocher du monde rural et des agriculteurs. Le financement participatif leur permet de devenir des acteurs de l’économie agricole et alimentaire, de s’engager pour son avenir en choisissant les projets qui vont voir le jour.

Au-delà du financement de projets, lancer une campagne de financement participatif est-il une manière, pour l’agriculteur ou l’entrepreneur, de se rapprocher des consommateurs ?

Une campagne de financement – qui dure généralement entre 45 et 60 jours – est par essence éphémère. Mais, à l’issue de la collecte, le porteur de projet a tout intérêt à engager une relation commerciale avec les internautes qui l’ont soutenu, en leur proposant des paniers de produits par exemple… La plate-forme devient alors un moyen de valoriser son image, son savoir-faire, et de créer des relations à long terme avec de nouveaux clients. Au-delà du financement, la vocation de Miimosa est de développer le lien social, de renforcer les liens entre agriculteurs et consommateurs, et même de créer de l’emploi en soutenant l’activité économique.

MiiMOSA, nouveau site de financement participatif dédié à l'agriculture et à l'alimentation

Ils ont déjà réussi leur collecte :

  •  La microbrasserie La Baleine, dans le 20e arrondissement de Paris, a récolté plus de 15 000 euros pour financer une chaîne d’embouteillage de bières (remplisseuse, capsuleuse, étiqueteuse) et automatiser ainsi sa production.
  •  La ferme de la Sittelle, dans les Ardennes, a réuni plus de 3 500 euros, en échange principalement de paniers gourmands, afin de financer l’achat d’une vingtaine d’agnelles de race suffolk pour répondre à la demande croissante de viande locale.
  •  Le potager de Saquier, près de Nice, a quant à lui fédéré plus de 50 personnes autour de son projet de construction de serres tunnels, indispensables pour protéger sa production de fruits et légumes bio lors des intempéries.

Découvrez d’autres projets sur Miimosa


Interview parue dans le magazine Alim’agri, février 2014