Les experts alim'agri : qu'est-ce que la stratégie Europe et international ?

Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation s'est doté d'une stratégie "Europe et International" pour promouvoir ses valeurs et défendre ses intérêts à l'étranger. Ludovic Larbodière, chef du bureau de la mondialisation et de la sécurité alimentaire, nous explique quels en sont les enjeux et nous détaille les grands axes de cette stratégie.

Lire l'interview de Ludovic Larbodière

Pourquoi le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation se dote-t-il d'une stratégie Europe et International  ?

Pour plusieurs raisons : tout d'abord parce que le changement climatique, les risques sanitaires et l'insécurité alimentaire et nutritionnelle ne connaissent pas de frontières et doivent être appréhendés de manière globale et coordonnée. Ensuite parce que c'est au niveau européen et international que se dessine l'agriculture de demain et se joue la pérennité de nos secteurs. Le Président de la République rappelle régulièrement la détermination de la France à défendre la construction européenne et le multilatéralisme. Nous devons mieux mettre en valeur notre savoir-faire et nos produits pour défendre les intérêts de nos producteurs, dans un contexte de concurrence internationale accrue.

Quelles sont les grandes orientations de cette stratégie ?

  • Notre stratégie affirme des valeurs et une identité qui nous sont propres :
  • Nous sommes foncièrement européens ;
  • Notre préoccupation de la transition écologique, notamment au travers de l'agro-écologie ;
  • Notre souci de convivialité et de bien-manger ;
  • Nos systèmes de production diversifiés adaptés à leur territoire ;
  • La place centrale des jeunes générations, de l'enseignement et de la recherche ;
  • Le souhait de s'appuyer sur tous les acteurs.

Notre stratégie se déploie autour de 4 axes prioritaires :

  • Contribuer à la construction d'une Union européenne forte, ouverte sur le monde et protégeant ses intérêts pour des accords commerciaux et une nouvelle PAC favorables aux agriculteurs français et répondant aux nouveaux enjeux ;
  • Apporter des solutions durables aux défis de notre temps par la défense de l'agro-écologie, l'agriculture biologique, et une meilleure répartition de la valeur dans les filières ;
  • Renforcer la compétitivité de nos entreprises, de nos savoir-faire et de notre expertise publique (accompagner les entreprises et l'expertise française) ;
  • Réguler la mondialisation par une action coordonnée avec les acteurs dans les grandes enceintes stratégiques internationale.

Comment envisagez-vous de mettre en œuvre cette stratégie ?

Chaque agent du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation sera l'ambassadeur de cette stratégie auprès des partenaires français et étrangers. Elle s'appuiera sur le bras armé du ministère à l'étranger : le réseau international de plus d'une centaine d'agents présents dans les services d'ambassades, à la Commission européenne, ou dans les organisations internationales. La stratégie s'appuie également sur tous les acteurs qui ont contribué à son élaboration et se reconnaissent dans cette stratégie. Enfin, je tiens à souligner que cette stratégie fait l'objet d'un vrai pilotage opérationnel (COPIL, plan d'action, indicateurs) pour suivre et évaluer pas à pas sa mise en œuvre d'ici 2022.