La forêt, un allié durable contre le changement climatique
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr
Quel rôle la forêt peut-elle jouer dans l’atténuation et l’adaptation au changement climatique ? À quelques semaines du lancement de la 21ème conférence internationale sur le changement climatique, trois questions pour mieux comprendre.

En quoi la forêt est-elle au cœur des enjeux liés au climat ?

Le réchauffement climatique est un phénomène d’élévation de la température moyenne liée à l'augmentation des gaz à effet de serre, et notamment des dioxides de carbone résultant de l’activité humaine. Or, la forêt permet le stockage du CO2 atmosphérique dans le bois, du fait de la photosynthèse, et dans les sols. En séquestrant annuellement près de 20 % des émissions de carbone à l’échelle mondiale, la forêt constitue un véritable puits de carbone.

La déforestation et la dégradation des forêts sont aussi responsables de 11 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, c’est pourquoi réduire et stopper ces émissions constitue un enjeu majeur dans les négociations climat.

Par ailleurs, la forêt est et sera de plus en plus durement impactée par le changement climatique, avec des répercussions potentielles sur son niveau de production et la viabilité économique des entreprises concernées.

En quoi la forêt peut-elle atténuer les effets du changement climatique ?

Agir sur les effets du changement climatique passe par la réduction des émissions de gaz à effet de serre et par l’augmentation du stockage de carbone.

A cet égard, la forêt joue un rôle primordial dans la lutte contre le changement climatique à différents niveaux :

  • grâce à la photosynthèse, les arbres captent le CO2 de l’atmosphère et le séquestrent sous forme de carbone dans la biomasse vivante, puis dans la biomasse morte, la litière et le sol, jouant ainsi un véritable rôle de « pompe à carbone » . Les forêts gérées durablement permettent donc de lutter efficacement contre l’effet de serre soit par l’accroissement de la surface forestière via les plantations d’arbres, soit par l’optimisation de la gestion existante en produisant davantage de bois d’œuvre de qualité.
  • les produits bois issus de la forêt séquestrent le carbone pendant toute leur durée de vie prolongeant ainsi son stockage sur le moyen et long termes, notamment lorsqu’ils sont utilisés dans la construction.
  • les produits bois permettent aussi de se substituer à d’autres matériaux plus énergivores ou à des combustibles non renouvelables et émetteurs de gaz à effet de serre.

C’est ce qu’on appelle les « 3 S » : séquestration, stockage et substitution.

Le rôle climatique de la filière forêt-bois sera d’autant plus important que les produits seront utilisés en cascade allant par exemple des charpentes aux panneaux de particules jusqu’au recyclage et à la valorisation énergétique en fin de vie.

Comment la forêt s'inscrit-elle dans la COP 21 et l'Agenda des solutions ?

L’objectif de la COP21 est avant tout l’adoption d’un accord universel sur le climat qui posera le cadre d’une transition vers des économies sobres en carbone et capables de faire face au changement climatique. La forêt y a bien sûr toute sa place. Ses spécificités devront être prises en compte, notamment en matière de comptabilisation des puits de carbone. La lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts et son financement seront également discutés.

S’agissant de l’Agenda des solutions, qu’on appelle également le plan d’actions Paris-Lima, il a pour objectif d’engager ou mettre en avant des actions concrètes de nature technique ou politique illustrant les efforts de lutte contre le changement climatique. Il recouvre des initiatives multipartenariales de niveau international.

En ce qui concerne la forêt, cet Agenda des solutions prévoit de réduire la déforestation et restaurer les forêts dégradées en agissant notamment sur les chaînes d'approvisionnement de certaines matières premières agricoles comme l'huile de palme, le soja, le bœuf ou la pâte à papier dont la production se fait bien souvent au détriment de la couverture forestière dans les pays en développement.

La COP21 sera aussi un véritable rendez-vous pour les acteurs de la filière forêt-bois pour valoriser leurs projets, leurs initiatives et leurs solutions contre les bouleversements climatiques et ce, en amont et pendant la COP. Sont déjà programmés plusieurs événements soutenus par le MAAF tels que le forum France-Québec du 2 au 4 novembre, le colloque forêt organisé par l’interprofession le 5 novembre, le forum forêt les 13-14 novembre de Fransylva et du Centre National de la Propriété Forestière, le colloque ONF organisé à l’Assemblée nationale le 19 novembre ou encore l’événement de l’institut forestier européen, EFI, le 1er décembre.

Voir aussi