La biodynamie, credo des domaines Gérard Bertrand
Geoffrey Lucas
Depuis 1987, Gérard Bertrand a repris le domaine familial de Villemajou, dans l’Aude. Son vignoble n'a cessé de grandir tout en adoptant des pratiques ancestrales de biodynamie. 920 hectares sont actuellement cultivés selon cette méthode, répartis en 15 domaines. Les vins Gérard Bertrand sont vendus en France et dans 162 pays dans le monde.

« En biodynamie, on n'apporte à la plante que ce dont elle a besoin, quand elle en a besoin », explique Richard Planas, directeur des domaines Gérard Bertrand depuis une quinzaine d'années. « C'est une forme d'agriculture biologique partant du postulat selon lequel le rôle de l'agriculteur est d'optimiser le potentiel de la plante en suivant le cycle de la nature et les différentes énergies. L'un de nos outils est le calendrier biodynamique. »
 
En 2002, Gérard Bertrand se lance en biodynamie au domaine de Cigalus. « Il a expérimenté cette méthode culturale sur une parcelle de 4 hectares. Et en voyant les beaux résultats, il l'a progressivement étendue au reste des domaines ».
 
Préserver durablement l'environnement, contribuer à l'équilibre des écosystèmes… Les motivations sont nombreuses, mais la réalisation nécessite certains ajustements : « on s'est équipé en matériel agricole mais aussi sur le plan humain, car le besoin en main d’œuvre est multiplié par trois et nous avons toujours cette quête de l'excellence ». Un référent technique en biodynamie est également embauché. « C'est une philosophie de production : on donne du sens à tout ce qu'on fait, tout en développant des emplois qui valorisent le vignoble, qui respectent la nature. On est très fier d'être ambassadeur du vignoble du Languedoc. »

D'une exploitation viticole de 35 hectares, le groupe familial atteint 920 hectares de vigne en 2019 et s'étend sur quinze domaines. En 2023, l'intégralité des parcelles aura accompli la conversion en biodynamie et pourra bénéficier du label Demeter. « Aujourd’hui, nos cultures sont soit en bio, soit en biodynamie, soit en conversion », précise Richard Planas. « Cela s'inscrit dans une démarche sur le long terme : laisser aux générations futures un territoire et une économie sociale qui leur soit favorable ».

Vin bio et vin cultivé en biodynamie : quelle différence ?

Pour être biodynamique, un domaine viticole doit nécessairement avoir préalablement reçu le label AB, certifiant l'utilisation des méthodes de l'agriculture biologique.

La viticulture biodynamique met en œuvre des techniques spécifiques visant à intensifier les échanges entre la plante et son environnement: sol, humus, racines, feuilles, même les cycles lunaires entrent en ligne de compte ! Ces techniques visent à réhabiliter, dynamiser et intensifier la vie organique dans le milieu où vit la vigne.

Pour ses promoteurs, le vin biodynamique permet une meilleure qualité des jus, des vins plus profonds et une plus grande expression du terroir. Cependant, il n’est pas scientifiquement établi que l’emploi de quantités infinitésimales de substances et le principe même de leur dynamisation ont un impact sur la qualité organoleptique des vins.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Voir aussi