CHRISTOPHE MATHIEU
DE DOMBASLE

1777 - 1843

Christophe Mathieu de Dombasle est né à Nancy en 1777 et décédé le 28 décembre 1843. Il fut membre de la Société d'Agriculture de Paris en 1834 et cor-respondant de l'Académie des Sciences.

Fils d'un grand maître des Eaux et Forêts, militaire sous l'Empire, il complète sa formation scientifique et crée une sucrerie de betteraves et une distillerie. En 1822, on lui confie, pour vingt ans, la ferme de Roville dont il fait une ferme expé-rimentale et une école d'agriculture privée.

Il introduit la culture du lin en Loraine, montre l'intérêt de la chaux pour améliorer la structure des terres argi-leuses, et multiplie les façons culturales. Il crée pour cela une charrue célèbre, des instruments aratoires qu'il fabrique ; son usine lui permet de combler le déficit de son exploitation. En effet, malgré tous ses efforts, le rendement de ses céréales ne dépasse pas 11-12 q/ha. Georges Ville, à juste raison, en tirera argument, trente

 

ans plus tard, pour justifier l'emploi des engrais chimiques.

Mathieu de Dombasle a traduit Thaer (1821) et Sinclairi (1825) et il a écrit plusieurs ouvrages agronomiques ainsi les Annales de Roville publiées seulement en 1865.

Son influence a été considérable à travers ses écrits et surtout ses élèves-stagiaires qui ont vulgarisé ses démarches et ses théories agronomiques : Rieffel, fondateur de Granjouan, et Bella, fondateur de Grignon, ainsi que beaucoup d'excellents agronomes français et étrangers. C'est lui le véritable fondateur de l'enseignement supérieur agronomique.

Après vingt ans de bail, la ferme de roville est passée en d'autres mains en 1842. Ces vingt années ont suffi à faire de Mathieu de Dombasle un des grands agronomes du XIXe siècle.



Extrait de Jean Boulaine,
Histoire de l'agronomie en France
,
2ème édition, 1996 © Editions Tec & Doc.