Des algues pour réduire la dépendance au plastique
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Comment réduire notre dépendance au plastique ? En Bretagne, à Saint-Malo, deux entrepreneurs ont eu l'idée de puiser dans une ressource naturelle abondante : les algues. En 2010, ils créent la société Algopack qui compte aujourd'hui six employés.

Chaque seconde, 500 kilos de plastique sont déversés dans les océans, soit 12 millions de tonnes par an. C'est à partir de ce constat dramatique qu'est née l'entreprise Algopack.

Pour Rémy Lucas, ingénieur plasturgiste, son intérêt pour ce végétal remonte à son enfance : ses grands-parents ramassaient le goémon sur les côtes bretonnes du Finistère Nord. On le répandait sur les terres comme engrais, ou bien on le brûlait pour en faire de la soude.

Des objets du quotidien

Clé USB, montures de lunettes, jouets de plage, plateau de bûche de Noël, potence d'éprouvettes… autant d'objets fabriqués à partir d'algues. D'apparence, rien ne les distinguent de ceux en plastique. Et pourtant, ils sont fabriqués à partir de deux matériaux novateurs : l'Algopack (100% algues) et l'Algoblend (50% plastique, 50% algues). Ces deux matériaux permettent à l'entreprise de décliner plusieurs gammes de produits, de l'emballage pour aliments au pot de fleurs 100% biodégradable qui, une fois enterré, apporte une valeur nutritive aux plantes !

Une fois déshydratées, les macro-algues brunes sont transformées en granules d'un millimètre grâce à un procédé thermique et mécanique. Une matière consistante, peu d'eau, disponibles en grande quantité sur les plages finistériennes…. Ces algues algues ont été choisies après des mois de recherche, d'échanges avec le CEVA (Centre d'études et de valorisation des algues) et la station biologique de Roscoff.

Algopack fonctionne en énergie circulaire : elle se se fournit en coproduits d'algues auprès de l'industrie cosmétique française. Pour sécuriser son approvisionnement, notamment en cas de tempête dévastatrice pour les algues, elle collecte également à l'étranger (Portugal, Norvège, Irlande).

Plus d'informations sur Algopack.

La recherche et le développement, ADN de l'entreprise

Autre piste de développement dans une logique d'économie circulaire : se fournir en macro-algues brunes, qui en Outre-Mer connaissent une croissance exponentielle à cause du réchauffement climatique.  Depuis quelques années, ces végétaux envahissent les plages et dégagent des gaz toxiques lorsqu'ils se décomposent. Afin de mettre en place une filière de collecte de cette algue, Algopack travaille depuis trois ans en partenariat avec l'entreprise Olmix, spécialisée en alimentation animale.

Voir aussi