Catherine Geslain-Lanéelle : « Rejoindre la FAO, c’est pour moi... »
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Catherine Geslain-Lanéelle est candidate de la France et de l'Union européenne au poste de directeur général de la FAO, 2019-2023 :

« La FAO joue un rôle essentiel dans l’éradication de la faim et de la pauvreté ainsi que dans l’accompagnement pour adapter et transformer durablement nos systèmes alimentaires. Forte de mon expérience européenne et internationale, en coopération étroite avec les pays membres, en mobilisant les personnels de la FAO, je m’engage à travailler de manière ouverte et effective avec l'ensemble des parties prenantes. Je m’attacherai à accroître l’impact et la valeur ajoutée de la FAO au service des pays membres et à faire progresser la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous de manière durable, conformément au programme des Nations Unies pour le développement durable à l'horizon 2030. »

« Rejoindre la FAO, c’est pour moi...

Participer à un engagement collectif sans équivalent et une dynamique qui ne s’est jamais démentie.
La FAO a contribué à réduire la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Elle a travaillé à rendre l’agriculture, la foresterie et la pêche plus productives et plus durables et à améliorer la résilience des systèmes de production face aux menaces ou aux situations de crise. La FAO doit aujourd'hui aller plus loin.

Réaffirmer l’importance du secteur agricole, des pêches et de la forêt, non seulement pour nourrir l’humanité mais aussi pour éradiquer la pauvreté et préserver la planète.
C'est réaffirmer la nécessité de poursuivre et d'amplifier les investissements dans la recherche, l’innovation, l’éducation et la formation, les infrastructures et le transfert des connaissances.

Répondre aux nouveaux défis auxquels nous sommes tous confrontés et en particulier :

  • le défi démographique et de l’évolution de la demande alimentaire ;
  • le défi du changement climatique ;
  • le défi de la biodiversité et plus généralement des ressources naturelles (sol, eau, air).

Ces défis nécessitent un engagement et une action énergique à tous les niveaux : local, régional et national dans chacun des pays. Mais par l’ampleur de leur origine et par les conséquences globales qu’ils emportent (insécurité, mouvements migratoires par exemple), ces défis ne peuvent être relevés par l’action isolée d’un pays ou d’un groupe de pays.

Il n'y a pas de temps à perdre. Une action globale et une gouvernance mondiale sont indispensables, la FAO et son directeur général doivent contribuer puissamment à ce mouvement.

Il faut donner une nouvelle impulsion à l’action de la FAO :

  • rassembler tous les pays membres et les partenaires autour d’une vision partagée et renouvelée qui facilite la mise en oeuvre des priorités stratégiques de la FAO ;
  • amplifier la coopération et les synergies avec les autres organisations de l’ONU, en particulier le FIDA, le PAM et l’OMS et structurer la coopération avec les organisations scientifiques et techniques pertinentes ;
  • favoriser l’innovation et la transformation en mobilisant les équipes de la FAO ;
  • valoriser le rôle de la FAO en tant qu’organisation mondiale de référence s’appuyant sur des connaissances scientifiques et techniques robustes dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en s’attachant à renforcer sa pertinence, son efficience, son efficacité et sa transparence ;
  • agir pour que la FAO reste une organisation ouverte sur le monde, agile, réactive et attachée à la coconstruction de ses actions avec toutes les parties prenantes.

Nous voulons un monde où chacun, où qu'il vive, peut accéder à une alimentation saine, sûre et produite durablement. »

En savoir plus :

Consultez le site France diplomatie

À télécharger

Dépliant de candidature de Catherine Geslain-Lanéelle (PDF, 1.41 Mo)