Animation - Un ministère du vivant, ancré dans les territoires

Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines agricole, alimentaire, halieutique et forestier.

Un ministère du vivant, ancré dans les territoires, qui pilote la politique en faveur de l’agriculture et de la forêt ; l’enseignement agricole et les formations aux métiers du vivant ; la recherche agronomique, biotechnologique et vétérinaire ; la santé et la protection des végétaux ; la politique de l’alimentation ; la politique relative aux industries agroalimentaires ; la politique sociale en ce qui concerne les exploitants et salariés agricoles ; la politique en matière de pêche maritime et d'aquaculture ; le bien-être, la santé et la protection des animaux d'élevage et des animaux de compagnie.

Un ministère au cœur de l'action européenne et des enjeux mondiaux

Acteur majeur de la politique agricole commune et de la politique commune des pêches, le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation est particulièrement impliqué dans les instances européennes.

Représentant plus d'un tiers du budget total de l'Union européenne, la Politique agricole commune (PAC) est l'une des politiques européennes la plus emblématique car il s'agit de la première politique commune dans le cadre de la construction du projet européen, prévue par le traité de Rome dès 1957. Ses missions, définies par les traités, visent à accroître la productivité des filières agricoles, soutenir le revenu des agriculteurs, stabiliser les marchés, garantir la sécurité des approvisionnements et offrir des prix raisonnables aux consommateurs. En France, elle est mise en œuvre par l'Agence de services et de paiement (ASP) et FranceAgriMer, deux organismes sous tutelle du ministère.

La politique commune des Pêches (PCP) vise à garantir la durabilité de la pêche et de l'aquaculture sur le plan environnemental, économique et social, et à offrir aux citoyens de l'Union européenne une source de produits alimentaires sains. Chaque année, le Conseil fixe, sur la base d'avis scientifiques, des quotas pour chaque espèce et secteur de pêche. 98 millions d’€ par an sont perçus par la France au titre de la politique commune des pêches.

À l'échelle mondiale, le ministère défend les intérêts des producteurs, des filières agricoles et agroalimentaires et valorise le modèle alimentaire français.

Un ministère engagé aux cotés des agriculteurs dans la transition écologique

Le ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation accompagne la transformation des modèles de production vers des pratiques plus résilientes et plus autonomes. Il facilite la conversion en agriculture biologique, la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques et des antibiotiques vétérinaires. Il contribue à soutenir ou porter des projets de recherche, développement et innovation, dans les domaines relevant du secteur agricole, agroalimentaire, forêt-bois, pêche, aquaculture et bioéconomie. Le ministère poursuit les objectifs de développement durable des Nations Unies – notamment avec l’initiative française 4 pour 1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat.

Un ministère qui agit pour une alimentation sûre, durable et accessible à tous

Contrôler et garantir la qualité et la sécurité sanitaire des produits agricoles et agroalimentaires est une mission essentielle du ministère de l'Agriculture et de l’Alimentation. Le système de sécurité sanitaire français (alimentation, animaux, végétaux et forêts) est l’un des plus performants au monde. Le ministère assure la prévention des risques et la gestion des crises ; il élabore la réglementation, organise les contrôles, gère les alertes, surveille le territoire et les frontières. Il délivre les certifications à l’exportation. Le Chief Veterinary Officer (CVO– chef des services vétérinaires) et ses homologues européens, coopèrent et coordonnent les politiques sanitaires nationales.

Le ministère conduit la politique de l'alimentation dans un contexte d'attentes sociétales fortes : approvisionnement local, promotion de la qualité, don alimentaire, lutte contre le gaspillage… Autant d’objectifs prioritaires du programme national pour l’alimentation.

Un ministère qui assure dans tous ses domaines le volet enseignement, recherche et formation

Second réseau éducatif français, l’enseignement agricole prépare aux métiers de l’agriculture, de la forêt, de la nature et des territoires. Il accueille des élèves et étudiants de la 4e jusqu’au doctorat et propose une large offre de formations en alternance caractérisées par d’importantes périodes de stages en entreprises. Les élèves et étudiants sont encouragés à partir à l’étranger au moins une fois au cours de leur scolarité. Production agricole, services aux personnes, aménagement du paysage, soin des animaux, agroalimentaire… Autant de formations solides débouchant sur des métiers variés, avec un taux d’insertion dans la vie active de près de 90%.

Voir aussi