Accélérateur agroalimentaire : « Cet accompagnement arrive au bon moment pour l'entreprise »
Schneider Food

Le 1er avril 2019, Bpifrance et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation ont dévoilé la première promotion de l'Accélérateur agroalimentaire, un programme de soutien personnalisé de petites et moyennes entreprises agroalimentaires créé dans le cadre du volet agricole du Grand plan d’investissement. Parmi les 19 entreprises sélectionnées, Traiteur Schneider, leader des spécialités alsaciennes fraîches vendues en grandes surfaces, vient de lancer un nouveau produit avec des ambitions nationales. Rencontre avec son président, René Corti.

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous souhaité participer à ce nouveau programme ?

Bpifrance étant l'un de nos actionnaires, ce sont eux qui nous ont incités à participer à ce programme. Après quelques réticences, on s'est finalement dit que c'était le bon moment pour le faire. L'entreprise est en croissance et il faut que cela continue, notamment en améliorant nos produits ou en en créant de nouveaux. Nous venons par exemple de mettre en place un process industriel unique pour le lancement d'un produit qui nous permet de prétendre à un positionnement national, voire international. Sur tous ces points, une aide extérieure ne peut être que bénéfique !

Quels sont les grands défis à relever par l'entreprise pour accélérer sa croissance ?

Il s'agit clairement de son développement aux niveaux national et international. Notre premier défi étant de faire de la marque Traiteur Schneider une marque nationale. Et ce n'est pas simple… Deux problématiques majeures nous freinent pour atteindre cet objectif :

  • notre marque est très connue au niveau régional, mais pas du tout au niveau national ;
  • nos produits sont atypiques, fortement ancrés régionalement et inconnus hors Alsace.

Avoir des ambitions nationales avec une marque et des produits qui ne sont pas connus, c'est très compliqué ! Pour changer la donne, nous misons beaucoup sur notre nouveau produit, le Flamm'KIT, que nous produisons sur une ligne dédiée créée en avril 2018.

En quoi ce produit est-il différent de ceux que l'on trouve en grandes surfaces ?

Traiteur Schneider arrive sur un marché mature avec sa propre vision la flammekueche – ou « tarte flambée » comme on dit en Alsace : un kit avec un fond de tarte et une garniture à assembler au dernier moment avant cuisson. C'est une innovation qui s'inscrit dans cette mouvance de la « finition soi-même ». Ce kit laisse place à toutes les créations en fonction des goûts… On pense qu'avec ce produit-là on peut dépasser nos frontières régionales et, demain, pourquoi pas, les frontières nationales. Ce que nous ne pouvons pas faire avec des produits trop typés alsaciens.

Qu'attendez-vous de l'accompagnement dont vous allez bénéficier ces 24 prochains mois ?

La première étape est la réalisation d'un diagnostic qui va permettre d'identifier nos forces et nos faiblesses. Même si nous les connaissons déjà plus ou moins, un regard neuf, cela fait vraiment la différence ! Je suis sûr que nous ferons des découvertes sur l'entreprise... Et c'est ensuite que nous définirons les axes de développement. J'ai déjà suivi des formations similaires avec l'ARIA Alsace (Association régionale des industries alimentaires) : c'est toujours riche d'enseignement. On compte sur Bpifrance pour nous apporter des solutions... ou du moins les clés pour aller les chercher !
 

Schneider Food en 2019, c'est :

  • 30 salariés ;
  • 14 millions d'euros de chiffre d'affaires ;
  • 3 marques (Baltic, Hammer, Traiteur Schneider).

En savoir plus sur l'entreprise Traiteur Schneider