Vers une agriculture augmentée
En développant des applications sur lunettes connectées pour les métiers manuels de terrain, l'entreprise Adventiel lance l'agriculture dans la réalité augmentée.

Compter les pucerons, évaluer la progression des maladies, noter l’état ou le poids des animaux,... Mieux observer ses champs et ses bêtes-et pas seulement grâce à son opticien- sera possible dès 2017 ! Adventiel et Arvalis ont imaginé des lunettes intelligentes qui accompagneront le travail de plus d'une centaine d'expérimentateurs de l'institut de recherche dans les champs. Ces lunettes connectées, conçues pour aider le travailleur lorsqu'il a les deux mains prises, embarquent « un mini-ordinateur » commandé à la voix. Les opérateurs peuvent alors se concentrer sur leur tâche tout en enregistrant leurs observations dictées par la voix ou par la prise de photo. Une révolution pour des métiers où le comptage et la saisie de données sont souvent fastidieux et sujets à erreurs. Depuis septembre, Adventiel propose également la réalité augmentée, pour guider l’utilisateur en superposant des indications dans son champ visuel.

Lunettes connectées

« L'avenir de l'ensemble de la chaîne alimentaire passe par le numérique et le partage de données entre l'amont et l'aval. Il y a un réel besoin d’outils en mobilité via tablettes, smartphones, lunettes ou objets connectés. » analyse Daniel Trocmé, responsable innovation et marketing d'Adventiel. Présent depuis 45 ans sur le terrain du numérique agricole, l’entreprise propose à ses clients des solutions numériques sur mesure. « Du couvoir à l'abattoir, la filière volaille par exemple a une chaîne de valeur très tendue ; pour augmenter en compétitivité, elle a besoin d'échanger des données à chaque stade. En proposant au Groupe Michel un système qui échange les données des éleveurs et des techniciens en temps réel, nous avons contribué à optimiser la durée d'élevage, facteur principal de compétitivité. C’est vrai également des autres filières animales et végétales. Ces informations de terrain couplées aux données générées et analysées automatiquement par les objets connectés vont faire gagner beaucoup de temps et de qualité ». L'entreprise, de 164 personnes - dont 30 embauchées en 2016-, travaille pour aller encore plus loin dans les objets connectés, la réalité augmentée, la reconnaissance vocale, l'ergonomie, la cartographie, l’échange et la valorisation intelligente des données…

Voir aussi