Une coopération franco-chinoise renforcée en matière agricole et alimentaire
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
En janvier 2018, le président de la République a réalisé une visite d’État en Chine. L'agriculture et l’agroalimentaire étaient au cœur des priorités de ce déplacement. De nombreux résultats et avancées ont été enregistrés à l'issue de ces trois jours de visite d’État. Plus largement, ce déplacement a permis de donner un nouvel élan à la coopération agricole et agroalimentaire avec la Chine, partenaire essentiel de la France en ce domaine.

En premier lieu, on peut citer :

  • La signature du protocole sanitaire d'exportation des viandes bovines françaises, le 25 juin 2018. Cette décision d’ouverture effective du marché chinois à la viande bovine française avait été actée lors de la visite d'État dans un délai de 6 mois maximum.
  • Les travaux engagés sur les produits de la filière avicole, en lien avec l’évolution favorable du statut sanitaire français vis-à-vis de l’influenza aviaire hautement pathogène, vont pouvoir s’accélérer ainsi que dans les secteurs laitier et porcin. Objectif : finaliser les agréments d’entreprises nécessaires à l’exportation des produits français.

Une déclaration d’intention sur l’approfondissement de la coopération dans le domaine agricole a également été signée. Cet accord a vocation à encadrer dans leur globalité les différentes actions de coopération que les ministères ont engagées depuis plusieurs années au bénéfice du développement agricole durable et des échanges commerciaux (enseignement, formation professionnelle agricole, encadrement sanitaire, indications géographiques, agro-écologie).

Deux protocoles d’accord ont par ailleurs été signés dans le domaine sanitaire concernant l’exportation de chevaux vivants et la mise en œuvre de la certification sanitaire électronique à l’export, premier accord de ce type signé avec un pays tiers.

Enfin, un accord a été signé entre l'Inra et l'Université forestière de Pékin, BFU, sur la création d'un laboratoire international associé sur la santé des forêts. Cet accord prévoit un dispositif de surveillance des pathologies grâce à des arbres « sentinelles ». D'autres accords entre l'Inra et des académies et universités chinoises dans le domaine de la recherche agronomique et de l'environnement sont en cours de signature. Ils portent notamment sur l'agro-écologie, les sols et le climat. Ces projets contribueront à l'initiative 4pour1000 relative à la séquestration du carbone dans les sols agricoles.