Sandrine et Lionel Rolland, producteurs de miel
© Apiland
C'est en plein cœur des Hautes-Alpes, au pied du barrage de Serre-Ponçon, que se trouve Apiland, une miellerie-musée-centre ludo-pédagogique. Sandrine et Lionel produisent du miel dans ce paysage mi-alpin, mi-méditerannéen. Rencontre.

Quelles qualités faut-il avoir pour être un bon apiculteur et un apiculteur heureux ?

Lionel : Il faut avant tout être passionné, et ne pas avoir peur de se faire piquer… parce que malgré nos équipements et nos précautions, ça finit toujours par arriver. Et surtout, il faut avoir un réel intérêt pour la nature, et la botanique.

Sandrine : Oui, il faut bien comprendre la vie d’une colonie d’abeilles, et aussi connaître le cycle de toutes les plantes et fleurs. Parce que non, ce ne sont pas les plus belles fleurs qui font les meilleurs miels !

Vous produisez différents miels chaque année… vous faites transhumer vos ruches ?

Lionel : Oui, je déplace mes 250 ruches plusieurs fois dans l’année. C’est une aventure à chaque fois. En hiver, mes abeilles sont dans le Var. Elles font leur premier miel de printemps là-bas, en butinant dans la Garrigue. Vers la mi-mai, je les remonte ici pour le miel de montagne dont nous sommes particulièrement fiers. Leur dernière miellée, à la fin de l’été, se fait sur le plateau de Valensole avec le miel de lavande. On ne peut les déplacer que de nuit, quand toutes les abeilles de la colonie sont rentrées au « bercail ».

Et comment choisissez-vous les emplacements ?

Lionel : Je repère les bons lieux pour la végétation et l’environnement, et je négocie avec les propriétaires des terrains. Certains sont devenus des amis au fil du temps… Ici, j’en installe chez les copains ou dans la famille, comme chez ma cousine Nicole.

Donc les abeilles et les ruches, c’est vous qui vous en occupez Lionel. Mais vous vous chargez tous les deux de la fabrication ?

Sandrine : Oui, nous faisons vivre Apiland ensemble. L’apiculture, et tout ce qui en découle, c’est toute notre vie. Comme tous les miels, nos miels sont liquides à l’extraction. On s’arrange pour aller vers une cristallisation ultra-fine et obtenir une texture tendre.

Lionel : Nous n’aimons pas le terme crémeux, on préfère parler d’onctuosité. Parce que crémeux, ça pourrait induire parfois qu’on ajoute autre chose. C’est comme le terme « miel pur » : c’est idiot, le miel est fait par les abeilles à 100%, il est forcément pur !

Plus d'information sur Apiland.

Apiland vu par...

Montaine, leur fille cadette, 19 ans : « Je suis fière de ce que mes parents ont construit ensemble. Ils sont passionnés, et ils ont fait toute leur vie autour du miel. Je les ai vus bâtir de leurs propres mains cet endroit, d’année en année. C’est un exemple pour moi. Et j’espère de tout mon coeur que je prolongerai l’histoire de la famille en leur succédant… mais ce n’est pas pour tout de suite : ils sont très jeunes ! »

Catherine Saumont, maire de Rousset : « Sandrine et Lionel sont mes amis, et je suis bien placée pour dire que leur activité concourt au dynamisme de notre petite commune de 168 habitants. Ils sont très actifs, et la renommée de leurs miels et de leur musée est un atout pour Rousset ! »

Sandrine et Lionel Rolland ont remporté le Prix d'Excellence du Concours Général Agricole en 2018 pour la catégorie miel.

Cet article est un extrait du MOOK édité par le Concours Général Agricole - texte : Floriane Ravard