Remise du 1er « Prix Pégase Jeunes » à l’École nationale d’équitation de Saumur
Crédit ci-après
© Xavier Remongin / Min.Agri.Fr

Le 12 octobre dernier, l’École nationale d’équitation de Saumur (ENE) a accueilli la première édition du Prix Pégase Jeunes. Décerné par 110 lycéens à l'auteur d'un livre traitant de la thématique équine, il a permis d'investir un lieu chargé d'histoire et vivant de la passion du cheval.

Le Prix Pégase récompense depuis 1989 un ouvrage contribuant à la diffusion de la culture équestre. L'idée de transposer son principe originel à l'enseignement agricole a germé au début de l'année 2016.

Un projet culturel et pédagogique

Culturel par essence, pédagogique par sa volonté de créer autour de la lecture un débat entre élèves, ce projet a rassemblé depuis janvier 2016 110 lycéens issus de 6 établissements d'enseignement agricole :

  • la maison familiale rurale de Ramonchamp (Vosges),
  • le lycée professionnel agricole de Mirande (Gers),
  • l'établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricoles de la Meuse,
  • les lycées d'enseignement général et technologique agricole d'Yssingeaux (Haute-Loire), de Limoges (Haute-Vienne) et de Lons-le-Saunier (Jura).

C'est l'implication de tous, de la découverte des ouvrages jusqu'au point d'orgue de la cérémonie d'attribution, qui a permis au Prix Pégase Jeunes d'exister : curiosité des élèves, moyens financiers des établissements d'enseignement et du ministère en charge de l'Agriculture, et, enfin, disponibilité et passion transmise par les personnels de l’ENE. Car si ces jeunes ont solennellement décerné leur coup de cœur littéraire à Stéphanie Grant Milham pour son livre Notes et entretiens avec le maître Nuno Oliveira, ils ont aussi pu s’immiscer dans la vie de cette illustre institution.

110 élèves et autant de futurs possibles

Vitrine d'une discipline reconnue au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco, et acteur de pointe de sa pratique moderne, l'ENE a ouvert toutes ses portes aux lycéens. Sellier et bottier, maréchal ferrant et vétérinaire, ou encore écuyer et palefrenier ont montré leurs métiers et leur collaboration constante. Surtout, ces moments ont permis de matérialiser les horizons professionnels d'une filière équine dont ils représentent l'avenir.

Cette première édition s'est déroulée dans le cadre d'une opération inédite menée en lien avec la Direction générale de l'enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, l'Institut français du cheval et de l’équitation et l'Académie littéraire Pégase.

Voir aussi