« Re-belle » : les confitures antigaspi du 93
© Xavier Remongin/min.agr.fr

Lauréates 2016 du prix concept du concours de l'innovation alimentaire organisé par le CERVIA, les confitures Re-belle font parler d'elles. Récup, antigaspi, circuits courts et insertion, voilà la recette de ces confitures faites maison et confectionnées à Romainville (Seine-Saint-Denis).

C'est en plein cœur de la cité Marcel Cachan, dans les locaux de l'entreprise d'insertion Baluchon, que Colette Rapp fabrique des confitures pas comme les autres. Issue du mouvement « Disco Soupe » (sessions collectives et ouvertes de cuisine de fruits et légumes rebuts ou invendus dans une ambiance musicale et festive), la jeune entrepreneuse entend « donner une nouvelle vie aux fruits et légumes invendus » par le biais de mélanges parfois farfelus.

Antigaspi et circuits courts

L'idée est simple : favoriser les circuits courts en récupérant les invendus des supermarchés pour cuisiner des confitures artisanales revendues dans ces mêmes enseignes. Colette l'affirme : « Re-belle, c 'est une chaîne de valeur positive ». La jeune entrepreneuse, qui a lancé ses premiers tests dans sa cuisine en 2015, fabrique aujourd'hui près de 1 500 pots par semaine.

Des confitures 100% débrouille

Tous les deux jours, Corentin, 24 ans, fait la tournée des supermarchés environnants. Son objectif : ramener un maximum de fruits et légumes invendus pour varier la production et répondre aux commandes de la cuisine. Cependant, il confie qu'il n'est « pas sûr de trouver ce qu'il recherche ». Les supermarchés partenaires ne donnent jamais les mêmes fruits ni les mêmes quantités. C'est aussi ce qui fait le charme de l'initiative Re-belle. Colette le revendique : « la confiture c'est souvent de la débrouille. On fabrique de la confiture artisanale, on ne sait pas ce que l'on va créer. Il faut s'adapter, composer avec ce qu'on nous ramène ». Cette diversité des produits et des quantités entraîne l'élaboration de recettes originales comme la confiture pomme raisin gingembre ou encore aux poivrons.

Une visée sociale

Re-belle, c'est aussi une volonté d’insérer des jeunes en difficultés dans la vie professionnelle. Colette Rapp tient à l'attache locale de son entreprise. Basée dans les anciennes cuisines centrales de Romainville, Re-belle bénéficie des services des jeunes de Baluchon. C'est le cas de Jordan, 20 ans, détenteur d'un CAP en restauration, chargé de la découpe et de la mise en pot des confitures. Pour lui, Baluchon et Re-belle sont un tremplin pour trouver rapidement un poste pérenne dans un autre restaurant.

Enfin, Colette Rapp et l'équipe de Re-Belle sont hébergées et accompagnées par l'association « A Table Citoyens » qui organise régulièrement des ateliers confitures ou des interventions de sensibilisation au gaspillage alimentaire auprès de différents publics.

Confiture de poivron - La recette de Colette

Ingrédients :

  • 2kg de poivrons coupés en fines tranches et épépinés
  • 1,4 kg de sucre
  • 1 citron pressé et un zeste

Tout d'abord, faire cuire le tout jusqu'à ébullition. Mixer ou non la préparation, puis refaire cuire 15 à 20 minutes. L’astuce de Re-belle : utiliser la casserole la plus grande possible pour une surface d’évaporation importante.

Enfin, laver les pots (de préférence recyclés) à l'eau chaude et les retourner encore chauds aussitôt après les avoir remplis. Cette technique permet de les pasteuriser et de garantir une conservation de plus de 2 ans.

Il ne reste plus qu'à déguster et se régaler.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Une journée au coeur de Re-Belle