Procsea, la start-up du marché pro de la pêche
Crédit ci-après
© Procsea

Lancée il y a un peu plus d'un an, en septembre 2016, la start-up Procsea met en relation, via une plate-forme en ligne, vendeurs et acheteurs professionnels des produits de la mer. Ce nouveau service B2B dé-complexifie un marché qui n'a pas encore complètement fait sa révolution numérique.

Avec ses airs de criée 2.0, la plate-forme Procsea bouscule les habitudes des professionnels du secteur. En quelques clics – et en toute transparence –, elle permet aux restaurateurs, poissonniers et acteurs de la grande distribution de commander des produits de la mer, livrés 24h plus tard.

« Les produits de la mer représentent un immense marché, évalué à près de 55 milliards d'euros en Europe, mais il est encore peu modernisé et reste complexe par nature – la disponibilité, les prix et la qualité varient quotidiennement », explique Renaud Enjalbert, co-fondateur de la start-up. C'est grâce à cette vision globale du secteur, acquise au fil de son expérience dans l'import-export, que ce Français installé en Suisse a concrétisé son projet. « L'idée était de créer un outil simple et moderne permettant la rencontre, en temps réel et sans intermédiaire, de l'offre et de la demande ».

Et l'offre est alléchante : des poissons, coquillages et crustacés ultra-frais proposés directement par les producteurs et les sociétés de mareyage, qui achètent en gros sur toutes les côtes françaises, mais aussi en Angleterre et en Hollande. Mais l'offre ne s'arrête pas là...

Un service complet, de la mer à l'assiette

Du port jusqu'au client, la start-up fournit un service tout compris : logistique, gestion des formalités douanières, facturation unique, assurance-crédit, recouvrement… « À l'origine, nous ne pensions pas proposer autant de services, mais on s'est vite rendu compte que c'était une vraie valeur ajoutée, aussi bien pour le vendeur que l'acheteur », ajoute Renaud Enjalbert.

De son côté, le vendeur fixe les quantités et les tarifs, et définit lui-même la qualité de ses produits, sur la base d'un référentiel qui s'inspire des cahiers des charges des criées. Et pas de (mauvaise) surprise à l'arrivée pour le client : le produit bénéficie d'une traçabilité maximale, et le prix, connu à l'avance, tient compte de tous les paramètres.

Pour Renaud Enjalbert, « ce business model – raccourcir les étapes entre le produit et l'assiette à l'aide du digital – est tout a fait duplicable dans d'autres filières… et est créateur de valeur ! Sur les 30 000 commandes traitées depuis notre lancement, on a constaté la valorisation de certains produits moins connus ou moins réputés ».

Aujourd'hui, Procsea compte plus de 300 clients, essentiellement en France, Suisse et Angleterre. Parmi ceux-ci, quelques concurrents, des grossistes que la plate-forme a réussi à attraper dans ses filets. Preuve, s'il en fallait une, que la start-up a fait mouche !

Voir aussi