Politique de l'alimentation : concilier compétitivité et performances sanitaire et environnementale

BIEN MANGER POUR TOUS - Sécurité des aliments, amélioration de l’offre, aide aux plus fragiles, promotion du patrimoine culinaire, produits de qualité ... à l’occasion de la signature du 3ème accord collectif et de la sortie du rapport d’activité de la Direction générale de l’alimentation (DGAL), alimentation.gouv.fr dresse le bilan de la politique de l’alimentation, que mène le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.

Objectif : concilier compétitivité et performances sanitaire et environnementale

Politique de l'alimentation : concilier compétitivité et performances sanitaire et environnementale

Les priorités pour 2013-2017 de la politique publique pour l’alimentation (PNA), annoncées par Stéphane Le Foll et Guillaume Garot :
- trois objectifs ont été fixés : la justice sociale, l’éducation alimentaire des jeunes et l’ancrage territorial des actions au plus près des citoyens, avec un rôle accru conféré aux acteurs de terrain.
- Ces priorités sont désormais pluriannuelles.
- Une plus grande liberté d’action est laissée aux acteurs, notamment locaux pour lancer des initiatives dans le cadre de ces grandes priorités.

Accès à une alimentation de qualité pour tous

- En restauration collective : avec la promotion de l’approvisionnement de proximité, au travers de plateformes locales pour mettre en relation des agriculteurs et des professionnels de la restauration collective.En savoir plus : connecter les agriculteurs, les territoires et les citoyens
- Pour les personnes les plus fragiles avec la réforme du système de l’aide alimentaire français, engagé en 2010, via la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche et le programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) et le plan national d’aide alimentaire (PNAA).

Promotion de modes de consommation plus durables

Mise en place par le ministre délégué à l’agroalimentaire, Guillaume Garot, de groupes de travail dans le but d’élaborer un pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire. Objectifs : identifier les pratiques sources de gaspillage alimentaire et imaginer ou diffuser des solutions à mettre en place.

Amélioration de la qualité des produits

  • Signature des trois premiers accords collectifs (Bleu-Blanc-Coeur ; Herta ; Artisans boulangers).
  • Mise en place en avril 2013 de quatre groupes de travail "ingrédients" et lancement d’un projet d’une pacte de qualité ingrédient comportant un volet nutritionnel, sans oublier une autre composante de qualité, le développement durable.Objectifs : => valoriser les efforts des entreprises pour porter à la connaissance des consommateurs les améliorations nutritionnelles,=> diminuer dans les recettes les ingrédients comme le sel, dont la consommation doit être limitée,=> travailler sur la consommation des fibres e l’acceptabilité de ces produits par les consommateurs.

Info + L’observatoire de l’alimentation

L’observatoire de l’alimentation créé par la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche de juillet 2010, a pour mission d’éclairer les acteurs économiques et les pouvoirs publics sur les évolutions de l’offre et de la consommation alimentaires.

  • Section nutritionnelleFin 2013, 25 secteurs avaient fait l’objet d’une étude : près de 29 000 fiches produits étaient rédigées couvrant l’ensemble des produits transformés (base de données Oqali).
  • Section sanitaireIl s’agit de disposer, en dehors des situations de crise, d’un dispositif de surveillance permettant d’objectiver et de suivre la qualité sanitaire des aliments produits et commercialisés en France.
  • Section socio-économiqueL’enquête relative au baromètre de l’alimentation sur la perception de l’alimentation a été réalisée en 2013. Les premiers résultats seront publiés début 2014. Trois études ont été menées ou sont en cours : une étude de synthèse bibliographique sur les consommations et pratiques alimentaires durables, une étude en cours sur les leviers d’innovation contribuant à limiter le gaspillage alimentaire et sur les inégalités sociales.

Zoom sur Les accords collectifs

Les accords collectifs sont un dispositif reconnaissant les démarches visant à faire évoluer favorablement la composition nutritionnelle des produits et la durabilité des modes de production, de transformation et de distribution.L’enjeu de ces accords est de produire autrement avec un double objectif :
- améliorer la qualité nutritionnelle des produits en augmentant leur composition en acide gras oméga 3 de manière naturelle, c’est-à-direen jouant sur l’alimentation des animaux.
- avoir un impact bénéfique pour l’environnement en développant la culture de plantes réputées pour leurs vertus agronomiques et environnementales et en réduisant les émissions de méthane, gaz à effet de serre des élevages de ruminants.

Pour en savoir plus

Voir aussi