Accueil > Espace Pro > Santé et Protection des Animaux > Maladies animales > Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale

Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale

25/06/2013

Née des réflexions menées lors des Etats généraux du sanitaire tenus en 2010 sous l’égide du ministère en charge de l’agriculture, une Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale ((Plateforme ESA)) a été mise en place en octobre 2011. La surveillance épidémiologique est la base de toute politique de prévention et de lutte contre les maladies. Si la situation sanitaire de notre pays en matière de santé animale est actuellement très favorable, un tel statut n’est jamais définitivement acquis et requiert une attention accrue.

Actualités

La Plateforme ESA : un travail en collaboration, une réactivité de tous les partenaires (Juin 2013)
Deux membres associés ont rejoint les six membres de la Plateforme ESA récemment, la Fédération nationale de la chasse (FNC) et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ( ONCFS). D’autres rapprochements sont en cours de discussion.
Les thématiques suivantes sontprioritaires : tuberculose bovine, avortements des ruminants, influenza virus porcins, pestes aviaires, troubles des abeilles, fièvre catarrhale ovine (FCO), mortalité des huîtres, maladie de Schmallenberg, surveillance de la faune sauvage, mortalité des animaux de rente, veille internationale.
L’émergence du virus Schmallenberg fin 2011 a donné à la Plateforme ESA l’occasion de montrer sa réactivité en contribuant à la définition d’un protocole de surveillance mis en place par la DGAl début 2012 et en animant une veille épidémiologique sur cette maladie.
La Plateforme ESA a aussi entamé en 2012 des chantiers de rénovation des dispositifs de surveillance et va contribuer à un meilleur retour d’information vers les acteurs de terrain.

Sylvatub : dispositif de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage (juin 2013)
Le dispositif de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage, Sylvatub, s’organise pour la prochaine saison de chasse de grand gibier.
Mis en place par la Plateforme ESA et financé par le MAAF depuis novembre 2011, il concerne tous les départements français avec des niveaux d’implication différenciés en fonction du risque. Des réunions avec les différents acteurs ont été organisées dans une soixantaine de départements.
Le dispositif permet de suivre l’évolution de la situation sanitaire dans les départements où des animaux sauvages infectés ont été identifiés : il a conduit à lever des suspicions chez des cerfs et des sangliers dans une vingtaine de départements. Ces suspicions, bien que non confirmées, témoignent du dynamisme de la surveillance. Concernant le blaireau, des activités de piégeage autour des foyers de tuberculose chez les bovins et de surveillance sur des animaux trouvés morts au bord des routes ont été mises en place.
Voir l’article dans le Bulletin épidémiologique Anses–Dgal N°57 de juin 2013.

Ce modèle d’organisation, associant l’Etat, l’Anses et des organisations professionnelles d’éleveurs et de vétérinaires a fait la preuve de son efficacité : collaboration entre partenaires, présence de toutes les compétences nécessaires.

La Plateforme à l’honneur au sommet de l’élevage (octobre 2012)
Mise en place par le ministère, la Plateforme de surveillance épidémiologique en santé animale (Plateforme ESA) a un an. Découvrez à cette occasion la vidéo de présentation

La Plateforme ESA : un outil de détection précoce des maladies animales

La Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale est un outil destiné à faciliter la conception, la coordination, le suivi et la mise en œuvre des dispositifs de surveillance en santé animale. Elle est placée sous la responsabilité de six membres titulaires :

En fonction des sujets abordés, d’autres partenaires apporteront leurs compétences à la Plateforme ESA ou pourront la rejoindre en qualité de membres associés en fonction des sujets à traiter. Son pilotage est assuré par le Comité national d’épidémiosurveillance en santé animale (Cnesa) dont la première réunion, le 20 octobre 2011, a marqué le lancement officiel de la Plateforme.

La trame de son organisation fonctionnelle et les grandes lignes d’un premier programme de travail ont été validées de façon collégiale. L’année 2012 sera dédiée à la mise en place opérationnelle des différents outils méthodologiques ou informatiques.

Pour en savoir plus

La Plateforme nationale de surveillance épidémiologique en santé animale : par et au service des acteurs de la santé animale