Paul Devès, ministre de l'Agriculture en 1881

Le 14 novembre 1881, le vieil hôtel recevait enfin son actuelle destination : le ministère de l’Agriculture, séparé de celui du Commerce, forma pour la première fois un département spécial, auprès duquel était maintenu un sous-secrétaire d’Etat, M. Caze, qui succédait à M. Cyprien Girerd comme chef d’administration des Forêts et le remplaçait au "petit hôtel de Castries", 76, rue de Varenne.

Ce fut donc la maison de Charlotte Desmares que M. Devès, nouveau ministre de l’Agriculture, se vit assigner comme résidence, tandis que les ministres du Commerces allaient s’établir, d’abord au n°25 du quai d’Orsay, puis, en 1887, au n° 101 de la rue de Grenelle, dans l’ancien hôtel du banquier suisse Antoine Hogguer, amant de la belle actrice.

Piquante remarque, la porte de communication des deux jardin fut rouverte, car certains bureaux du ministère du commerce allaient être installés rue de Varenne : dans les cas urgents, le ministre de la rue de Grenelle, par le chemin que suivait autrefois M. Hogguer, pourrait obtenir plus rapidement les documents dont il avait besoin.

On avait décidé que les immeubles nouvellement acquis des deux côtés de l’hôtel de Villeroy seraient abattus, en tout ou partie, pour être remplacés par un édifice approprié aux besoins des deux départements désormais séparés, et une dépense de quatre millions était prévue à cet effet.

Pendant que MM. de Mahy, Méline, Mangon, Gomot, Develle et Barbe se succédaient dans la résidence attribuée aux ministre de l’Agriculture, l’architecte Emmanuel Brune élaborait, puis mettait partiellement à exécution, le plan des bâtiments qui devaient abriter les bureaux de l’Agriculture et plusieurs services du Commerce, rue de Varenne.
 


Source :
L’hôtel de Villeroy et le ministère de l’Agriculture de G. Mareschal de Bièvre, Lauréat de l’Académie française, 1924.

Voir aussi