Au lycée agricole de Bourges-Le Subdray, l'agro-écologie, c'est du concret !
17/02/2016
Elèves plantant des plants de hêtres.
©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr
Le lycée agricole de Bourges-Le Subdray et son exploitation « L’exploitation du Sollier » (Cher) sont totalement engagés dans une démarche agro-écologique : plantation de haies, agroforesterie, centrale photovoltaïque, chaufferie à bois... : le lycée s’inscrit pleinement dans le plan d’action « Enseigner à produire autrement ». Un bel exemple de pratiques innovantes.

Dans le cadre d’une journée dédiée à l’agroforesterie qui s’est déroulée le 19 janvier 2016, les lycéens, étudiants et adultes en formation ont participé à la plantation de 2 kilomètres de haies, soit 4 000 plants. Christophe Auboueix, directeur du lycée agricole de Bourges-Le Subdray, explique : « D’ici 2020, notre objectif est de replanter 6 500 mètres de haies ». Il est essentiel pour lui de «  sensibiliser les jeunes à partir de démarches concrètes à l’environnement, à la biodiversité et au travail du sol en renouant avec des pratiques ancestrales ».

Clara Wang, professeure de biologie et référente « Enseigner à produire autrement » de l’établissement, raconte la genèse de ce projet :« La Champagne berrichonne est un territoire largement déboisé du fait de grandes cultures céréalières. Le manque d’espaces boisés conduit à des plateaux venteux et cela pose des problématiques concernant le bien-être animal, d’où l’intérêt de planter ces 4000 plants de haies ».

La plantation des haies a également des vertus concernant les sols : ainsi, dans le projet agro-écologique pour la France, l’arbre est l’un des leviers pour améliorer la production agricole. Clara Wang explique que « pour préserver la qualité des sols, il est important d’utiliser l’agriculture de conservation comme un outil agronomique, tels que les couverts d'interculture, l’agroforesterie, les haies. Au-delà de l’intérêt environnemental, il y a aussi un intérêt économique, celui de diminuer le coût des produits phytosanitaires (engrais azotés, insecticides et fongicides). Ce type d’approche permet également de réduire la pénibilité et le temps de travail, ce qui n’est pas négligeable dans le monde agricole. »

 

Voir aussi