L’organisation professionnelle piscicole 
Crédit ci-après
© Min.agri.Fr

La profession est structurée autour de différents syndicats ou instances nationales représentatives chacune de tout ou d'une partie des quatre filières de production : salmoniculture d’eau douce (truite), élevage de poissons marins en métropole et dans les outre-mer, élevage d’esturgeon (caviar) et élevage extensif en étangs de poissons d’eau douce :

  • le Comité interprofessionnel des produits de l’aquaculture (CIPA), La Fédération française d’aquaculture (FFA).
  • le Syndicat français de l’aquaculture marine et nouvelle (SFAMN).
  • l’Union des aquaculteurs d’outre-mer (UAOM).
  • l’Union nationale des syndicats et associations des aquaculteurs en étangs et bassins (UNSAAEB).
  • l’Association française des professionnels de la pisciculture d’étangs (AFPPE).

La profession s’appuie en outre sur l’expertise de l’Institut technique de l’aviculture (ITAVI) qui dispose d’un service dédié à la pisciculture
Le CIPA dispose d’une reconnaissance officielle tant en droit national (interprofession agricole au titre de l’article L. 631-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime) qu’en droit communautaire au titre du règlement N°1379/2013 portant organisation commune des marchés dans le secteur des produits de la pêche et de l’aquaculture.