L'ONF et Terre Sauvage décernent les prix de l'arbre de l'année
12/10/2016
Crédit ci-après
© Jean-Baptiste Barret / Terre Sauvage
Ce concours récompense des arbres de France sélectionnés sur des critères d'esthétisme, de biodiversité et pour leur histoire. Le jury 2016, présidé par le comédien Robin Renucci, a remis ce mardi 11 octobre, son prix au platane de L'Aigle (Normandie), alors que le vote du public s'est porté sur le zamana du parc de l'Habitation Céron (Martinique).

C'est Gare montparnasse, dans le 14e arrondissement à Paris, que le jury a remis ses prix aux Lauréats, non loin de l'exposition photos des arbres candidats.

Robin Renucci, président très impliqué du jury, explique sa démarche personnelle dans cette aventure et son goût pour la nature, la culture et l'agriculture :

Pourquoi avoir accepté de présider "L'arbre de l'année" ?

"C’est par esprit écologique et pour partager cet élément essentiel de centrage de nos vies que représente la relation entre l'homme et l'arbre que j'ai accepté de présider ce beau concours. J’ai élevé mes enfants à Olmi-Cappella en Corse, au coeur du parc naturel régional. J'y ai fondé l'Aria (Association des Rencontres Internationales Artistiques) en 1998 pour l’accompagnement des pratiques artistiques et culturelles. Nous y avons construit un théâtre tout en bois, pour les qualités environnementales et son intégration dans le paysage. C'est un lieu d'accueil et de formation culturelle ouvert à tous les artistes mais également aux éducateurs de l'enseignement agricole.

Pour moi, culture et agriculture sont très liées. Ma participation au concours réside de cette conjonction "Culture - Agriculture" qui ont la même origine éthymologique."

Que pensez-vous des prix décernés par le jury ?

Le prix du jury, dévoilé ce soir, est revenu à la ville de L'Aigle, pour son platane d'orient (platanus orientus). C'est un très bel arbre, une espèce pur d’orient, situé en Normandie. Il est le symbole culturel du parc du château de L'Aigle et accueille, tous les mois de juillet, l'événement "Les dimanches après-midi sous les platanes".

Nous avons également décerné un prix coup de coeur pour le hêtre de Contadour, en Haute-Provence. Face à la montagne de Lure, cet arbre est balayé par le mistral et doit faire face aux grosses chaleurs dans cette région où la végétation recule terriblement. Dans ce milieu difficile, ce bel hêtre résiste. Il est bien planté et restera le témoin des paysages, des brebis qui chaument sur la montagne et de l’évolution climatique. Le hêtre de Contadour fait également référence à Jean Giono qui avait écrit « L’homme qui plantait les arbres » et qui réunissait les contadouriens, c’est-à-dire les résistants, sous cet arbre-là. C’est un arbre de résistance… Aujourd’hui c’est toujours bon de rappeler l’histoire et l’avenir en même temps.

Quelle est votre relation aux arbres ?

Je suis très attaché à un vieil arbre de mon village, à Olmi-Cappella :  c'est un majestueux chêne vert âgé de 800 ans et qui a marqué l'histoire du lieu.

  • Crédit et légende ci-après
    Prix du jury - Le platane de l'Aigle (Normandie) © Emmanuel Boitier / Terre Sauvage
  • Crédit et légende ci-après
    Coup de cœur du jury - Le Hêtre de Contadour © Emmanuel Boitier / Terre Sauvage
  • Crédit et légende ci-après
    Prix du public - Le zamana du parc de l'Habitation Céron (Martinique) © Jean-Baptiste Barret / Terre Sauvage

Voir aussi