L'Occitanie, une grande terre agricole, agroalimentaire et forestière
© Xavier Remongin / Min.Agri.Fr

Avec sa façade littorale (Collioure, Narbonne, Montpellier, Sète...) et ses deux massifs montagneux (Pyrénées et Massif central), sa prodigieuse diversité de paysages (côteaux du Gers, piémonts pyrénéens, plaines de la Garonne, montagnes cévenoles, Corbières, Camargue...), l’Occitanie, chantée par Nougaro et Brassens, est une région où rien ne manque.

Terre de patrimoine et de modernité, elle est traversée par le canal du Midi, qui relie ses deux grandes agglomération, Toulouse et Montpellier, centres de culture, d’innovation et de savoirs. Mais elle se caractérise aussi par ses zones rurales, sa campagne, son agriculture et sa forêt, qui dessinent une économie dynamique et une pluralité de terroirs, de produits et de saveurs.

L’agriculture y est une vraie puissance économique, qui affirme une exceptionnelle diversité : toutes les productions y sont présentes, et toutes les agricultures. L’Occitanie est la première région du monde en superficie de vigne. Championne de l’agriculture biologique, très engagée dans l’agro-écologie, présente dans les estives mais se développant aussi dans les espaces périurbains, l’agriculture régionale évolue, innove, se transforme constamment, avec comme axe principal la qualité. AOC, AOP, IGP, labels y sont légion pour offrir au consommateur régional, national et mondial une gamme de produits d’une richesse inégalée. Dans cette mosaïque, la forêt n’est pas en reste : qu’elle soit pyrénéenne, cévenole, méditerranéenne ou du Massif central, elle constitue un patrimoine riche qui doit être mieux valorisé par la filière bois.

Pour autant, l’avenir n’est pas tracé : les récentes crises sanitaires (grippe aviaire, crises climatiques), la rareté programmée de la ressource en eau, l’enjeu des alternatives aux pesticides, la transition agro-écologique, la survie des exploitations familiales sont autant de défis qu’il faut relever et qui supposent encore d’importantes mutations. Dans ce territoire aux immenses qualités, beaucoup d’agriculteurs innovent, au jour le jour, pour trouver les moyens d’une création de valeur durable. C’est à cette condition que l’Occitanie pourra rester une grande terre agricole, agroalimentaire et forestière.

Un produit, un lycée agricole, une forêt, un événement, une initiative...

Retrouvez ci-dessous les spécificités de la région avec, au choix :

Le Porc noir de Bigorre

Crédit ci-après
© Xavier Remongin / Min.Agri.Fr
Reconnaissable à sa robe noire et à ses oreilles horizontales, le Porc noir de Bigorre est un porc de race pure qui vit en liberté sur son territoire d'origine, la Bigorre, aux confins des Hautes-Pyrénées, du Gers et de la Haute Garonne.


Aux pieds des Pyrénées centrales, dans un paysage de prairies et de sous bois, le Porc noir de Bigorre profite d'une alimentation saine basée sur les ressources naturelles de son milieu. Mélange de fruits secs, de châtaigne grillée et de sous-bois, son goût est le fruit d’un savoir-faire.
On retrouve le lien entre le Porc noir et cette région à partir du XIe siècle. En voie d’extinction dans les années 1980, le cochon noir de Bigorre a retrouvé une place importante dans son terroir d’origine. L’engagement des éleveurs a permis la reconnaissance en Appelation d'origine contrôlée (AOC) en 2015.


Depuis le 15 septembre 2017, le « Jambon Noir de Bigorre » et le « Porc noir de Bigorre » ont obtenu l'AOP (Appellation d'origine protégée).
Le Consortium du Noir de Bigorre regroupe l'ensemble des partenaires et la Société du Porc Noir rassemble tous les éleveurs et les transformateurs. La liste des éleveurs, charcutiers et salaisonniers pratiquant la vente directe aux particuliers est à retrouver sur le site Le noir de Bigorre.

L'aquaculture enseignée au Lycée agricole Louis Pasteur (Lozère)

Crédit ci-après
© Lycée La Canourgue
Doté d’une exploitation piscicole exemplaire (certification environnementale), le lycée agricole Louis Pasteur à La Canourgue est un pôle de compétences reconnu qui forme, de la seconde à la licence professionnelle, en aquaculture et gestion de l’eau. Il développe de nombreux partenariats avec les acteurs professionnels et scientifiques, avec par exemple le programme d’expérimentation sur l’aquaponie, conduit en lien  avec des organismes de recherche (Inra et Cirad) et les instituts techniques (Itavi et Astredhor) dans une station expérimentale (plate-forme aquacole couplée à d’une serre horticole de 400 m²).

L’aquaponie, association d’un élevage de poissons (truites, carpes et esturgeons ont été testés) et de cultures (fraises, tomates, plantes aromatiques, orge germée..) dans un écosystème fermé, permet de transformer les effluents de l’élevage des poissons en nutriments pour les plantes, tout en purifiant l’eau. C’est une parfaite illustration du « Produire autrement », constituant un modèle agro-écologique innovant, performant (les rendements atteignent les plus haut niveaux sans aucun intrant chimique) pour l’agriculture de demain. Cette stratégie d’innovation pour l’enseignement agricole fait partie des objectifs stratégiques intégrés à la convention tripartite cosignée par l’établissement, la DRAAF et la Région Occitanie.
Consultez le site du lycée agricole Louis Pasteur.

Le patrimoine naturel et paysager de la Forêt domaniale de l’Aigoual

La région Occitanie est la seconde région forestière française en terme de surfaces, avec 2,6 millions d'hectares, et la première en terme de diversité des peuplements. Bien qu'elle soit constituée à 67% par des essences feuillues, 92% des sciages produits par les entreprises de première transformation sont pourtant résineux (sapin et épicéa représentent à eux seuls plus de la moitié des sciages totaux alors qu’ils ne constituent que 11% du volume de bois sur pied).

La forêt domaniale de l’Aigoual, qui s’étend au sud-est du Massif central dans les départements du Gard et de la Lozère, est à l'image de cette diversité de milieux. De nombreuses essences feuillues et résineuses sont présentes, souvent en mélange, et la richesse écologique de certains sites est exceptionnelle. La forêt est pourtant le fruit de l'action humaine. Elle a en effet été recréée lors des travaux de restauration des terrains en montagne (RTM) engagés à la fin du XIXe siècle pour prévenir les risques d'érosion des sols et d'inondation. Son périmètre actuel provient d'ailleurs de l'acquisition par l'État, à partir des années 1880, de nombreuses parcelles surexploitées par les coupes et le pâturage après la Révolution.
La forêt domaniale de l'Aigoual est aujourd'hui un site reconnu mondialement pour son patrimoine naturel et paysager. Intégrée à plus de 80% dans le Parc national des Cévennes créé en 1970, elle a été inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 2011 et est désormais engagée dans la démarche nationale Forêt d'Exception.
Terre de prédilection pour la randonnée et espace privilégié de découverte de la nature, le massif de l'Aigoual est aussi une forêt de production qui joue un rôle économique important.

REGAL : goûter au patrimoine gastronomique régional

Crédit ci-après
© DRAAF Occitanie

Créé à l’initiative du Conseil régional, en partenariat avec l’Institut régional de la qualité agroalimentaire (IRQUALIM) et la Chambre régionale d’agriculture, le salon REGAL (Rencontres Gustatives, Agricoles et Ludiques) est le plus grand marché d’Occitanie avec une large présentation des produits de qualité emblématiques de la région par leurs producteurs. Il se déroule au parc des expositions de Toulouse en décembre. Avec 200 exposants, c’est l’occasion pour les 50 000 visiteurs de goûter au patrimoine gastronomique régional et de redécouvrir les recettes traditionnelles.
Le salon REGAL est aussi un temps d’information et d’enrichissement pour les petits comme pour les grands, en famille et entre amis, autour de nombreuses animations, ateliers et conférences.
La DRAAF Occitanie, en partenariat avec le Rectorat et les lycées agricoles, est présente chaque année à ce rendez-vous en accueillant les visiteurs sur son stand, autour de jeux éducatifs sur l’alimentation : origine des aliments, saisonnalité des produits, découverte du goût…

Plus d'infos sur le salon REGAL

Relancer la filière légumineuse avec l'initiative Légumicant

La filière légumineuse fait partie des « pépites » régionales qui ne demandent qu'à grandir. Fruit de rencontres avec quelques acteurs lors d'évènements qui ont ponctué l'année des légumineuses en 2016, le projet Légumicant, a permis la mise en avant des légumineuses dans la restauration collective des lycées agricoles.
Grâce à l'investissement des responsables des cuisines de deux lycées agricoles, Toulouse-Auzeville et Castelnaudary, des élèves des lycées se sont livrés à un exercice de design culinaire pour inventer de nouvelles préparations à base de légumineuses. C’est ainsi qu’un livret de recettes créées par les élèves a vu le jour.
Actuellement, la dynamique légumineuse continue en Occitanie, puisque les acteurs des filières travaillent à une stratégie régionale, dans la mouvance des États généraux de l'alimentation (EGA) et des plans de filières.

L'Occitanie en chiffres

  • 68 000 exploitations agricoles ;
  • 96 000 actifs permanents en exploitations agricoles ;
  • 44 000 salariés dans l’industrie agroalimentaire ;
  • 2,5 millions hectares de forêts ;
  • 17 500 élèves et 3 200 apprentis ;
  • 360 000 hectares de production en agriculture biologique : l'Occitanie est la première région fançaise pour le bio.
  • 335 agents agents à la DRAAF, dont 89 de FranceAgriMer (au 1er janvier 2017).

 Retrouvez le site de la Direction régionale de la région Occitanie