Les experts alim'agri - Production de coquillages : quelles garanties pour le consommateur ?

La France est le premier producteur européen d'huîtres et le deuxième de moules. Pauline Favre, cheffe adjointe du bureau des produits de la mer et d'eau douce, expose les mesures mises en œuvre pour garantir une bonne qualité sanitaire des coquillages qui arrivent dans l'assiette des consommateurs.

Témoignage vidéo de Pauline Favre, cheffe adjointe du bureau des produits de la mer et d'eau douce.

Retranscription de la vidéo - Production de coquillages : quelles garanties pour le consommateur ?

Chaque année, 150 000 tonnes de coquillages sont produites en France. La France est le premier producteur européen d'huîtres et le deuxième de moules.
Les coquillages sont produits dans le milieu marin, ouvert, et sont très sensibles à la qualité environnementales des eaux marines. C'est lié au fait que les coquillages sont en contact direct avec l'eau et se nourrissent de phyto-plancton en filtrant l'eau. Ils concentrent alors les éventuels contaminants qui peuvent être présents dans l'eau.

La sensibilité des coquillages à la qualité du milieu marin à un impact pour la santé des consommateurs.
De toxines produites par du phytoplancton toxique et des virus peuvent être présents dans l'eau, il existe alors un risque pour le consommateur. Il peut se manifester par des symptômes de type gastro-entérite, ou plus grave, de type neurologique lorsque l'on est face à des toxines amnésiantes ou paralysantes.

Afin d'assurer la sécurité du consommateur, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, conformément à la réglementation européenne, organise une surveillance sanitaire des coquillages.
Cette surveillance commence par un classement microbiologique des zones, l'exploitation est uniquement autorisée dans les zones où la qualité sanitaire microbiologique est satisfaisante.
Des prélèvements d'eau et de coquillages sont assurés de manière régulière et en cas de détection d'une contamination des mesures d'interdiction de récoltes sont mises en œuvre et empêchent la mise sur le marché des coquillage contaminés.
En 2016, 36 interdictions ont été prononcées par arrêté préfectoral.
Une surveillance des coquillages mis sur le marché est également assurée avec l'organisation d'un plan de surveillance.

L'ensemble de ces mesures au niveau des zones de production et de distribution permet de garantir une bonne qualité sanitaire des coquillages qui arrivent dans l'assiette des consommateurs.