Les établissements d'enseignement agricole, un atout pour les territoires
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Enseigner, former, accompagner... l'enseignement agricole a plusieurs missions. Parmi elles figure la participation à l’animation et au développement des territoires dans leurs composantes sociale, économique, culturelle, sportive et environnementale. En quoi cela consiste ? Échanges en Auvergne-Rhône-Alpes avec Alice Chazal, chef de projet de partenariat et Guilhem Heranney, enseignant en BTSA productions horticoles en tiers-temps.

Exemplarité et innovation

Alice Chazal est chef de projet de partenariat au LPA de St Flour, dans le Cantal. « Je suis en poste depuis 3 ans. De formation BTSA productions animales, licence professionnelle en génétique animale puis ingénieur, j’avais le souhait de travailler dans le domaine de l’élevage depuis une dizaine d’années. »

Son métier ? Coordonner différents acteurs. « Ma mission ici consiste à faire du lien entre l’enseignement, la recherche, l’expérimentation et les professionnels du territoire, à organiser des échanges de pratiques, à aider à la diffusion d’informations techniques. Dans cette région de moyenne montagne, dédiée à l’élevage de qualité, je me sens donc tout à fait dans mon élément. »

« Au sein de l’établissement, je travaille au quotidien avec les équipes de l’exploitation agricole et de l’atelier technologique et j’interviens en pluridisciplinarité avec les équipes pédagogiques en impliquant au maximum les apprenants dans les projets. Par le biais de cette mission, les professionnels agricoles, les collectivités locales, les instituts techniques et de recherche identifient bien l’EPL comme un acteur à part entière du développement agricole de la région. Ils ont ainsi un interlocuteur local à l’écoute de leurs projets et sur lequel ils peuvent compter pour monter des actions. »

Pour la chef de projet de partenariat, l'enseignement agricole joue un rôle prépondérant dans l'agriculture. « L’établissement a un devoir d’exemplarité et d’innovation, il peut prendre des risques calculés pour innover. L’établissement est ainsi une pépinière à innovations pour l’avenir de l’agriculture. »

Développer les territoires

Guilhem Heranney est enseignant en BTSA productions horticoles en tiers-temps au LEGTA Terre - d'Horizon à Romans, dans la Drôme. « En poste depuis 6 mois seulement, j’ai un parcours BTSA technologies végétales puis ingénieur horticole et j’ai ensuite travaillé en tant que conseiller technique. Je suis enseignant en BTSA productions horticoles et le dispositif « Tiers temps » me permet de consacrer du temps à une mission d’animation et de développement du territoire. Le thème retenu est la création d’un réseau d’échanges autour de l’agro-foresterie, avec des techniques culturales simplifiées. Cela peut conduire à mener des expérimentations sur l’exploitation du lycée ou chez des agriculteurs », explique-t-il.

« Au sein de l’EPL, je travaille essentiellement avec l’équipe de l’exploitation et mes étudiants. Nous allons travailler sur le sujet des haies multi-fonctionnelles qui peut intéresser aussi bien le secteur de la production horticole que le secteur du paysage, les 2 filières de formation de l’établissement. Au niveau du territoire, le projet se met en place petit à petit. L’agro-foresterie peut être une réponse à la question de la protection des zones de captage qui préoccupe la communauté de communes. »

Pour Guilhem Heranney, l'enseignement agricole joue un rôle prépondérant au sein des territoires : « L’établissement d’enseignement est au coeur du développement du territoire : lieu de formation des jeunes qui vont ensuite travailler dans le territoire, lieu de production en lien avec le territoire local, lieu d’expérimentation et de démonstration. Tous les moyens sont réunis pour aider au développement du territoire. »

Plus d'informations sur le lycée professionnel agricole de St Flour et le LEGTA Terre - d'Horizon.

À télécharger

Les chiffres clés 2018 de l'enseignement agricole en Auvergne-Rhône-Alpes (PDF, 4.85 Mo)

Voir aussi