L'emploi et la jeunesse dans la loi d'avenir

Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt consacre à la jeunesse et à l’emploi une place stratégique dans sa Loi d’Avenir adoptée en première lecture à l’Assemblée Nationale. Les nouvelles dispositions en faveur de la formation, de l’insertion professionnelle et de l’installation des jeunes permettront de développer l’agro-écologie. Une agriculture fondée sur la double performance économique et écologique.

L’installation des jeunes hors cadre est facilitée :

  • le contrat de génération est étendu à l’agriculture pour les installations hors cadre familial, que les jeunes soient salariés ou non de l’exploitation, jusqu’à 30 ans (contre 26 ans dans le dispositif général),
  • un dispositif d’installation progressive sur trois ans est mis en place,
  • une couverture sociale est apportée aux personnes en cours de formation,
  • la notion de surface minimum d’installation est supprimée et remplacée par la surface minimale d’assujettissement qui, fondée sur une notion d’activité, prend mieux en compte la diversité des productions et l’ensemble des activités des exploitations.

Le rôle de promotion sociale de l’enseignement agricole est réaffirmé :

  • un dispositif de validation des compétences qui permettra une acquisition progressive des diplômes est introduit,
  • une voie d’accès spécifique aux écoles d’agronomie est créée pour les bacheliers professionnels, permettant de diversifier les publics accédant aux écoles tout en assurant l’excellence des recrutements,
  • la possibilité de fixer des aides à la mobilité internationale est inscrite dans le texte, pour favoriser l’ouverture internationale de l’enseignement agricole,
  • le médiateur de l’enseignement agricole est légitimé par la Loi.

L’enseignement agricole technique et supérieur prendra toute sa part dans le développement de l’agro-écologie :

  • l’enseignement agricole doit accompagner par la formation de sa jeunesse une évolution des pratiques allant vers la double performance économique et environnementale,
  • afin de relever les défis d’évolution vers de nouveaux systèmes de production, la Loi d’avenir engage une synergie étroite entre l’enseignement supérieur agronomique et vétérinaire et la recherche. L’Institut Agronomique et Vétérinaire de France est créé. Il rassemblera tous les établissements d’enseignement supérieur agronomique et vétérinaire publics, les organismes de recherche du secteur et d’autres établissements d’enseignement supérieur,

© MIN. Agri. Fr

Retrouvez plus d’informations dans notre dossier "Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt"

Voir aussi