L'École d'application du Corps royal d'état-major et les premiers ministères (1823-1881)
©Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

L’Hôtel de Villeroy héberge successivement l’École d’application du corps royal d’état major jusqu’en 1827, puis jusqu’en 1831, la Direction générale des ponts et chaussées. L’hôtel servira ensuite de résidence aux ministres du commerce, des travaux publics et de l’agriculture, de la police générale sous le second empire et du conseil d’État avant de trouver sa destination finale en 1881.

Le 6 mai 1818, le maréchal Gouvion Saint-Cyr avait créé un "corps royal d’état-major", dont les officiers rempliraient les fonctions d’aides de camp et deviendraient pour l’armée, qu’ils auraient adminitrée dans différents services, une pépinière de chefs instruits et exercés. En même temps, le maréchal instituait une Ecole d’application du nouveau corps, où vingt jeunes gens, sortis chaque année de Saint-Cyr et de Polytechnique dans les premiers numéros, viendraient compléter leurs connaissances militaires avant d’être nommés aides de camps.

Cette école, aujourd’hui remplacée par l’Ecole de Guerre, s’installa tout d’abord dans un hôtel loué au marquis de la Briffe, aux nos 2 et 4 de la rue de Bourbon (actuelle rue de Lille). Comme les locaux mis à sa disposition étaient insuffisants, on s’avisa que l’hôtel de Tessé, avec ses vastes dépendances nouvelles, pourrait facilement la recevoir, et, au milieu de l’année 1822, le conseil de santé des armées recevait l’ordre de lui céder la place.

1831 L’hôtel sert de résidence aux ministres du commerce, des travaux publics et de l’agriculture. Thiers y résidera à ce titre.

1852 Sous le Second Empire, il accueille le ministre de la Police générale, puis la présidence du Conseil d’État. Il redevient siège du ministère du commerce et de l’industrie avant d’être celui du seul ministère de l’agriculture, à sa création par Léon Gambetta, le 14 novembre 1881.
 


Source :
L’hôtel de Villeroy et le ministère de l’Agriculture de G. Mareschal de Bièvre, Lauréat de l’Académie française, 1924.

Voir aussi