Le tourisme rural

03/03/2013

L’agritourisme pour les agriculteurs représente un intérêt certain :

- pour mettre en valeur et préserver leur patrimoine bâti et naturel
- pour diversifier leurs activités,
- pour obtenir un complément de revenus
- pour accueillir et rencontrer des personnes d’horizons variés.

Les types d’activité

Le tourisme rural a évolué en même temps que l’espace rural, avec les adaptations de l’activité agricole et l’arrivée de nouvelles populations dont certaines ont créé leur emploi dans des activités touristiques. Il s’est diversifié dans l’hébergement, l’accueil vers plus de qualité, les activités sportives et de loisirs de nature et l’animation du patrimoine. Il bénéficie du nouvel étalement des séjours dans le temps, et de ce fait, il n’est plus concentré seulement sur la période estivale.

 
JPEG - 1000 octets

Les activités initiées par le tourisme rural sont multiples, dans les domaines :

- de l’hébergement : gite rural, gîte d’enfant, chambre d’hôte, gîte de groupe, camping à la ferme, aire naturelle de camping...
- de la restauration : table d’hôte, ferme auberge, gouter à la ferme...
- des activités de loisir et de sport : pêche, chasse, sports de nature, randonnée pédestre, équitation, vélo, VTT..
- des activités culturelles et éducatives : découverte du patrimoine agricole et rural, ferme pédagogique, accueil de scolaires...
- de la vente directe des produits de la ferme : cueillette des produits de la ferme, vente de produits de qualité transformés ou non...

Cependant l’offre est encore insuffisamment structurée et fortement non marchande (séjours en résidences secondaires, familles, amis..). Il reste de ce fait peu rémunérateur. La faible proportion des hébergements marchands commercialisés révèle des marges de progrès possible dans le cadre de productions touristiques et agritouristiques obéissant à des chartes de qualité spécifiques.

C’est une activité encore trop faiblement développée. Selon les chiffres du recensement agricole de 2005, environ 100 000 exploitations agricoles (18%) pratiquent la vente directe de produits et plus de 17 700 (3%) exercent une activité liée au tourisme (les deux tiers proposent un hébergement et près de 16% une activité de restauration).

 
JPEG - 1000 octets

Les Chambres d’agriculture ont développé un accompagnement important pour le soutien à ce secteur par le conseil technique, la mise en place de formations spécifiques, la professionnalisation et la mise en réseau des acteurs avec la création de marques fédératives :

Les aides en matière de tourisme rural

Le développement et la valorisation des atouts du tourisme en espace rural trouvent une place privilégiée dans les mesures en faveur du développement rural mises en oeuvre par le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la pêche :

- Contrat de plan Etat-Région 2007-2013,
- Programme européen PDRH 2007-2013, axe 3 du FEADER
— mesure 311 : diversification vers des activités non agricoles, à destination des agriculteurs,
— mesure 313 : promotion des activités touristiques, pour un public non agriculteur.
Ces programmes sont déclinés par région avec des co-financements des collectivités (Conseil régional, Conseil général).

- Plusieurs dispositions bénéficiant au tourisme rural ont été adoptées dans la loi 2005-157 du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux

Se renseigner auprès des services des Directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) pour les modalités d’intervention propre à chaque région.

Les partenaires

Les ministères qui interviennent en faveur du tourisme rural :
- le ministère de l’écologie,de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, par les services de la DATAR
- le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, par la direction du tourisme
- le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports, par la direction des sports.

Les organismes spécialisés :

Le Conseil supérieur de l’oenotourisme
Le ministre de l’agriculture et de la pêche, et le secrétaire d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des PME, du tourisme et des services, ont installé, le 3 mars 2009, le Conseil supérieur de l’oenotourisme, fédérant les principaux représentants de la viticulture et du tourisme. Les Ministres ont proposé une feuille de route au Conseil, avec des premières priorités à mettre en oeuvre dans l’année. Le Conseil est présidé par Paul Dubrule, co-président fondateur du groupe Accor, ancien sénateur-maire de Fontainebleau.
Lire le communiqué de presse du 3/03/09

Pour en savoir plus