Le succès des confitures "Made in France"
Crédit ci-après
© Cheick Saidou / Min.Agri.Fr

Emblème de la culture du sucré en France, les confitures rencontrent un grand succès à l'étranger. Industrielle, artisanale ou haut de gamme... il y en a pour tous les goûts !

Bonne maman, le fleuron de la confiture française

Le pot de confiture Bonne Maman est un produit phare de l’industrie agroalimentaire française. C’est en 1971 que Jean Gervoson fonde l’enseigne, observant que les fruits invendus pouvaient avoir une autre vie : la confiture. Bonne maman était le nom qu’il avait l’habitude de donner à sa grand-mère maternelle. C’est Pierre Roche-Bayard, le cocréateur de la marque, qui eut l’idée du motif vichy rouge et blanc ainsi que l’étiquette avec sa calligraphie d’antan. Une révolution dans l’univers du packaging qui fonctionne toujours aujourd’hui.

L’histoire est encore plus belle quand on sait que le fameux couvercle des confitures s’inspirait des rideaux de la ferme familiale, et que Pierre Roche-Bayard avait rédigé l’étiquette originale Bonne Maman à l’aide de son porte-plume de lycéen. Depuis plus de 45 ans, la marque n’a cessé de se développer et de montrer sa présence dans les réseaux de distribution, les hôtels, et les restaurants du monde entier. Bonne Maman contrôle le marché des confitures en France avec 35% de part de marché, et plus de 30% de sa production annuelle est destinée à l’exportation.

À l’étranger, le motif vichy s’est fait une place de choix. Grâce à une image bien « Made in France », les confitures s’étalent chez les plus grands distributeurs, comme Tesco au Royaume-Uni ou Wal-Mart aux États-Unis. La chanteuse  américaine Lindsay Lohan, star des réseaux sociaux, a même été photographiée un pot à la main dans un supermarché américain. Les hôtels chics, qu’ils soient chinois, italiens, russes ou canadiens, n’ont d’yeux que pour la french marmelade.

La chambre aux confitures, un petit pot haute couture

La jeune enseigne française lancée en 2011 attire tous les regards des gourmands. Lise Bienaimé, sa fondatrice, a déjà réussi à se développer en France avec neuf boutiques, mais aussi en Islande, au Japon, en Côte d’Ivoire, en Australie ou en Norvège. Dans ce dernier pays, dont les habitants sont les plus gros consommateurs de confitures au monde, elle a un magasin à son nom, en franchise à Oslo. Les spécialités de la maison sont de subtils mélanges de saveurs aux goûts raffinés. «Abricot lavande », qui sent bon la Provence, est très apprécié. Il y a aussi «Cassis violette », «Citron jaune », «Poire praliné », mais le pot qui attire les foules c’est la framboise au Champagne.

Quel est le secret de la réussite de La Chambre aux confitures, qui arrive pourtant sur un marché fortement concurrentiel ? Le choix du segment : haut de gamme. Outre ses magasins et les épiceries fines, cette ancienne spécialiste du marketing de luxe chez l’Oréal a fait le choix de livrer des palaces comme le Plaza Athénée ou le Bristol, à Paris. L’autre idée ingénieuse, c’est l’offre destinée aux touristes avec des pots de 100 g qui se glissent dans un bagage à main en avion.

Les Français et la confiture

  • 70% des Français en achètent 7 fois par an ;
  • 3,9 kg consommés par foyer par an ;
  • Top 3 des confitures préférées : fraise, abricot et orange amère

(sources : fédération des industries d'aliments conservés, Fiac. Enquête OpinionWay-Collective du sucre, 2013. Panel Nielsen)

Plus d'informations sur le site FranceAgroAlimentaire

Voir aussi