Le retour des palmipèdes dans le sud ouest de la France
© Min.Agri.Fr

A partir du 29 mai 2017, dans les zones où un vide sanitaire avait été imposé depuis le 17 avril dernier, les palmipèdes peuvent être remis en place sous réserve du respect de conditions, qui visent à augmenter le niveau de biosécurité et de surveillance des différentes étapes de l'élevage.

Ces mesures transitoires sont en vigueur jusqu'au 31 mai 2018.

Elles sont mises en place dans une zone correspondant aux communes où de nombreux foyers étaient concentrés et ou des mesures d'abattage préventif avaient été mises en place. Sont ainsi concernés les départements du Gers, de la Haute-Garonne, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées. 

Pour en savoir plus sur les modalités de remise en place des palmipèdes : arrêté du 31 mars 2017 déterminant des dispositions de prévention, de surveillance et lutte complémentaires contre l'influenza aviaire hautement pathogène dans certaines parties du territoire

La remise en place des palmipèdes, après le 29 mai 2017

Quels sont les opérateurs concernés ?

  • tous les détenteurs de palmipèdes
  • tous les opérateurs en contact avec les élevages, notamment les transporteurs.

Pour quelle période ?

A partir du 29 mai 2017 jusqu'au 31 mars 2018.

Quelle est la zone concernée ?

Elle correspond aux communes où les foyers étaient concentrés et ou des mesures d'abattage préventif avaient été mis en place.

Pour en savoir plus : liste des communes parue au BO en charge de l'agriculture

Quelles sont les mesures à respecter ?

Pour les éleveurs :

  • engagement par écrit sur l'honneur à se conformer aux dispositions de l'arrêté du 8 février 2016 susvisé (PDF, 68.2 Ko)
  • contact avec la direction départementale en charge de la protection des populations, 8 jours avant l'introduction des palmipèdes
  • mise en place d'une surveillance renforcée, au minimum quotidienne, sur les palmipèdes: jusqu'à trois semaines après accès aux parcours ou après l'entrée en bâtiment
  • signalement au vétérinaire sanitaire de l'exploitation de toute manifestation clinique anormale
  • obligation d'un dépistage dans l'unité de production d'origine lors d'un mouvement pour les palmipèdes âgés de plus de trois jours.

Pour les couvoirs de palmipèdes, les exploitations de palmipèdes reproducteurs ou futurs reproducteurs, les mesures complémentaires suivantes sont à respecter :

  • mise en place d'un plan de biosécurité > onglet le plan de de biosécurité
  • dépistage virologique et sérologique pour les reproducteurs, 48 heures avant leur mouvement
  • 21 jours après la mise en place, nouveau dépistage virologique IA
  • tous les 6 mois, dépistage sérologique.

Pour en savoir plus sur les modalités de remise en place des palmipèdes : arrêté du 31 mars 2017 déterminant des dispositions de prévention, de surveillance et lutte complémentaires contre l'influenza aviaire hautement pathogène dans certaines parties du territoire
Pour en savoir plus sur les mesures de biosécurité : arrêté du 8 février 2016 relatif aux mesures de biosécurité applicables dans les exploitations de volailles et d'autres oiseaux captifs dans le cadre de la prévention contre l'influenza aviaire
Pour en savoir plus sur les mesures de biosécurité : fiches de l'ITAVI
Pour en savoir plus sur les formations sur la biosécurité : inscrivez vous sur le site de Vivea

Pour les transporteurs de palmipèdes :

  • le responsable de l'exploitation où a lieu l'intervention s'assure par une signalisation adaptée et une communication préalable avec l'opérateur concerné que les transporteurs amenés à intervenir sur l'exploitation se conforment aux dispositions du plan de biosécurité les concernant, dans le cas contraire il leur en refuse l'accès
  • le nettoyage et la désinfection des véhicules et des équipements utilisés pour le transport de palmipèdes doit se faire conformément à un protocole défini à l'avance
  • le responsable du transport est tenu de procéder à une vérification visuelle et microbiologique régulière de l'efficacité des opérations de nettoyage et de désinfection
  • le transporteur tient et conserve des registres contenant les informations suivantes :
  • le lieu, la date et le protocole appliqué pour le nettoyage et la désinfection des véhicules et des équipements utilisés pour le transport de palmipèdes
  • la liste, la date et le résultat des auto-contrôles réalisés pour vérifier la qualité du nettoyage et de la désinfection des véhicules et des équipements utilisés pour le transport de palmipèdes, ainsi que, le cas échéant, les mesures correctives appliquées
  • les registres sont tenus et conservés sur papier ou support électronique pendant une période minimale de trois ans et doivent être conservés de telle manière à pouvoir les mettre à la disposition du préfet à sa demande.

Pour en savoir plus sur les modalités de remise en place des palmipèdes : arrêté du 31 mars 2017 déterminant des dispositions de prévention, de surveillance et lutte complémentaires contre l'influenza aviaire hautement pathogène dans certaines parties du territoire
Pour en savoir plus sur les formations sur la biosécurité : inscrivez vous sur le site de Vivea
Pour en savoir plus sur les mesures de biosécurité à respecter pour les transporteurs : fiches de l'ITAVI