Le label rouge


Le Label Rouge atteste qu’un produit possède un ensemble de caractéristiques spécifiques établissant un niveau de qualité supérieure à celle d’un produit courant similaire.

Les produits pouvant bénéficier d’un label rouge sont les denrées alimentaires (dont les produits de la mer) et les produits agricoles non alimentaires et non transformés (ex : fleurs).

A toutes les étapes de la production et de l’élaboration, le produit doit répondre à des critères minimaux et à des exigences minimales de contrôle qui peuvent être précisées dans des notices techniques, réactualisées périodiquement. Des tests organoleptiques doivent obligatoirement être réalisés afin de démontrer la qualité gustative du produit candidat au Label.

Une denrée ou un produit peut bénéficier simultanément d’un label rouge et d’une indication géographique protégée ou d’une spécialité traditionnelle garantie, mais non d’un label rouge et d’une appellation d’origine.

Toute demande tendant à la reconnaissance d’un Label rouge par homologation d’un cahier des charges est déposée, par un groupement de producteurs ou de transformateurs auquel a été reconnue la qualité d’organisme de défense et de gestion, auprès de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO).
L’homologation est prononcée, sur proposition de l’INAO, par un arrêté du ministre chargé de l’agriculture et du ministre chargé de la consommation.

Le respect des cahiers des charges par les opérateurs est contrôlé par des organismes certificateurs accrédités par le comité français d’accréditation (COFRAC) et agréés par l’INAO, au regard de leur indépendance, de leur impartialité, de leur compétence et de l’efficacité de leurs contrôles.

Il existe en France environ 500 produits sous label rouge pour un chiffre d’affaires à la production de 1,4 milliards d’euros.

Les fondamentaux

- Textes de référence : articles R.641-1 à R.641-10 du code rural
- Notices techniques Label Rouge : les notices techniques sont consultables sur le site Internet de l’INAO