Le Centre-Val de Loire, une région aux multiples facettes
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Autant de rois de France n’ont pas pu se tromper : le Centre-Val de Loire est un lieu unique. Chambord, Chenonceau, Chaumont-sur-Loire, tant de lieux prestigieux, érigés pour magnifier la richesse de la nature des vallées de la Loire et du Cher.

C’est également en Centre-Val de Loire que des pandas géants ont été accueillis au sein du Zooparc de Beauval, l’un des 10 plus beaux zoos au monde, avec 10 000 animaux appartenant à 600 espèces répartis sur 40 hectares. 18% du territoire régional est classé en zone Natura 2000.

Au-delà des cours d’eau, la Sologne giboyeuse et la forêt d’Orléans, la plus grande du domaine public français, structurent le territoire. Un quart de l’espace est forestier et près des deux tiers est agricole.

Les grandes cultures sont très présentes, avec des territoires qui s’y sont spécialisés, comme la Beauce, avec ses paysages typiques de plaine au nord ou la Champagne berrichonne, à cheval entre le Cher et l’Indre, plus au sud. Le Centre-Val de Loire est ainsi la première région française pour la production d’oléagineux et une des régions majeures pour le blé et l’orge, avec des coopératives puissantes, permettant à ces productions d’être exportées au-delà de nos frontières nationales.

Les vallées centrales sont propices à la viticulture, au maraîchage et à la production de pommes, de poires et de cerises.

Le sud est, quant à lui, davantage orienté vers l’élevage avec des prairies bocagères du Boischaut cher à George Sand et un important troupeau de limousines et de charolaises, dans les contreforts du massif central.

Une terre de gastronomie

L’élevage caprin n’est pas en reste : 5 appellations d’origine protégée confèrent à la région Centre-Val de Loire la première place pour les AOP de fromages de chèvre. Saint-Maure de Touraine et crottin de Chavignol en sont les fleurons.

Pays de Rabelais, le Centre-Val de Loire est une terre de gastronomie : les vins de Chinon, Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Sancerre s’allient très bien à l’andouillette de Jargeau, à la géline de Touraine ou au fromage de Valençay, le tout se terminant par une eau de vie de poire d’Olivet, avec le fruit entier contenu dans la bouteille. Le tout, bien sûr, avec la modération du climat qui caractérise notre région.

22 000 exploitations agricoles valorisent ce territoire, employant en permanence plus de 30 000  personnes et générant, en moyenne, 4,1 milliards d’euros de produits agricoles chaque année. Des outils de transformation viennent renforcer cette importante production de biens : laiteries, sucreries, transformation de viande, …

Répartis sur l’ensemble de la région, les 36 établissements agricoles forment 8 000 élèves et 1 500 apprentis chaque année. Les agriculteurs sont accompagnés par un réseau technique important sur la recherche, l’expérimentation, le transfert et le conseil, en lien avec plusieurs pôles de compétitivité (Végépolys, AREA, Valbiom…).

Un produit, un lycée agricole, une forêt, un événement, une initiative...

Retrouvez ci-dessous les spécificités de la région avec, au choix :

Le Pouligny-Saint-Pierre, une pyramide de saveurs !

Crédit ci-après
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Le Pouligny-Saint-Pierre est un fromage au lait cru et entier de chèvre à la forme singulière d’une pyramide tronquée. Il tient son nom d’un village du Berry autour duquel sont situés les petits élevages fermiers, au cœur du Parc naturel régional de la Brenne. C’est une des plus petites zones d’appellation d’origine fromagère – seules 22 communes sont concernées – mais aussi la plus ancienne au niveau caprin.

Le léger goût de caprin du Pouligny, sa pâte lisse et onctueuse, et sa croûte fine naturellement gris bleutée, en font le délice des amateurs. Il se présente sous la forme d’une pyramide haute de 125 mm à section carrée de 65 mm de côté à la base, 25 mm au sommet.

Son poids ordinaire est de 250 gr, mais il existe un petit format appelé « Petit Pouligny » qui ne pèse que 150 gr. Il s’en fabrique aujourd’hui environ 290 tonnes par an.

En plateau de fromages, le Pouligny-Saint-Pierre peut être présenté à côté d’autres spécialités de la région Centre-Val de Loire : Crottin de Chavignol, Selles-sur-Cher, Sainte-Maure de Touraine, Valençay, Bouchon de chèvre.

La ferme des Âges du Lycée agricole de Châteauroux a reçu plusieurs distinctions au concours général des produits agricoles pour sa production fromagère. Elle est reconnue, au niveau national,  comme pôle de compétences pour la formation de certificat de spécialisation « Conduite d’un élevage caprin et commercialisation des produits » ouvert chaque année à une douzaine de stagiaires de la formation continue.

Le Lycée agricole de Bourges, pleinement engagé dans le développement durable

Crédit ci-après
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr
Comme beaucoup, le lycée agricole de Bourges-Le Subdray a ouvert voilà 50 ans. Contraint par l’urbanisation croissante, un nouvel établissement a été construit en 2009 sur un site de 200 hectares au cœur de la champagne berrichonne, Le Sollier. Pôle de compétences dans le domaine de la polyculture-élevage et des services aux personnes et aux territoires, le lycée accueille près de 500 élèves et étudiants. Environ 150 apprentis se forment aux métiers du paysage et du machinisme agricole.

L’établissement est résolument tourné vers le développement durable et l’agro-écologie. La conception des bâtiments répond aux normes environnementales « HQE ». Il fait une large place aux énergies renouvelables (panneaux solaires, chaudière à bois) et structures en bois. Il possède son propre système d'épuration des eaux usées par des jardins filtrants.

L’établissement s’est engagé dans un projet d’agroforesterie en collaboration avec l’Inra et financé par le Casdar. D’ici 2020, 6,5 km de haies composites auront été plantés sur 11 hectares de grandes cultures au sein de l’exploitation agricole du lycée.
Les apprenants de l’établissement, vitrine de l'agroforesterie, participent chaque année à la plantation de ces haies – des lignes composées de 8 espèces et 7 modalités d’enherbement. Ils sont ainsi sensibilisés à l’environnement, à la biodiversité, au travail du sol à partir de démarches concrètes. Au-delà de l’intérêt environnemental, le projet présente également un intérêt économique et de développement local.

La majestueuse forêt des tonneliers

Crédit ci-après
Vincent Guignard / DDT37
La forêt domaniale de Loches, située dans le département d’Indre-et-Loire, impressionne par ses hautes futaies de chêne et ses grandes allées cavalières. D’une surface de 3 600 hectares, cette majestueuse forêt est composée essentiellement de chênes sessiles, célèbres pour leur qualité exceptionnelle, et de quelques pins sylvestres.

Bien que moins connue du grand public que la célèbre forêt de Tronçais, la forêt domaniale de Loches bénéficie d’une prestigieuse réputation qui n’a rien à envier à sa voisine. Les professionnels de la filière bois y trouvent des futaies de chêne avec une proportion de bois de merrains (pour la fabrication des tonneaux) considérée comme la plus élevée de France.

Traitée historiquement en futaie régulière, les techniciens de l’ONF veillent à limiter l’impact visuel des coupes de régénération dans les secteurs les plus sensibles d’un point de vue paysager, ainsi qu’aux abords des vestiges historiques.
Afin de faire bénéficier de cette qualité exceptionnelle au-delà de la forêt domaniale, plusieurs parcelles sont classées : les forestiers y récoltent des graines et assurent la conservation des ressources génétiques de ces chênes exceptionnels, fruits du travail de générations successives de forestiers passionnés.

Territoire de chasse à courre, la forêt abrite cerfs, chevreuils et sangliers, aux côtés de nombreuses espèces protégées, dont le pique-prune, petit scarabée qui affectionne particulièrement les vieux chênes.

Au-delà de ses bois de qualité exceptionnelle, cette forêt recèle de nombreuses richesses également historiques et environnementales :

  • des richesses environnementales, ensuite, du fait de la présence de nombreuses espèces rares et remarquables aussi bien de la faune que de la flore, de milieux humides, cours d’eau, plans d’eau ;
  • des richesses historiques, enfin, marquées par le passé de propriété royale et abbatiale, et la gestion pratiquée depuis plus de 5 siècles, avec de nombreux vestiges visibles, fontaine d’Orfonds, fossé des Chartreux, ou encore pyramides ;
  • des richesses esthétiques, paysagères et de promenade.

Open agrifood : l’excellence de la filière agroalimentaire

Créé en 2014 par Xavier Beulin, ancien président de la FNSEA, et Emmanuel Vasseneix, PDG de la Laiterie de Saint-Denis de l’Hôtel, Open agrifood est un lieu de rencontres et d'échanges unique entre tous les échelons de la filière alimentaire. En novembre 2017, pour sa 4e édition sur le thème « alimentation et valeurs » en lien avec les États généraux de l’alimentation, près de 2 000 visiteurs dont 600 étudiants des lycées agricoles et de l’enseignement supérieur (École supérieure d’Agriculture d’Angers ou AgroParisTech) sont venus débattre dans une dynamique collaborative sur le partage de la valeur au sein de la filière.

« Cultivons ensemble nos excellences agroalimentaires » sera le thème de la 5e édition du Forum Open agrifood qui se déroulera les 21 et 22 novembre 2018 à Orléans.

Préalablement à ces deux journées un concours des excellences sera organisé dans chacun des maillons de la filière (production agricole, première et deuxième transformation, distribution, restauration) pour mettre en lumière des acteurs économiques de la filière alimentaire qui ont mené des actions pour accroître leur performance tout en respectant l’homme et son environnement. Une excellence par jour sera dévoilée dans le mois précédent le forum.

Plénière internationale, mini conférences, déjeuners thématiques, exposition, mise en valeur des excellences seront au programme des deux journées de la prochaine édition pour construire ensemble la positive attitude de la filière alimentaire.

Les « vinycées », une foire gourmande !

Serti dans un écrin de vignes, à quelques battements d’ailes du château royal, le lycée agricole d’Amboise devient chaque année mi-mars depuis 23 ans, la scène d’un événement à caractère interrégional, les Vinycées !

Vinycées... ce mot-valise vient de l’association des mots « vin » et « lycées ». Une manifestation tout autant gourmande que professionnelle organisée par les élèves et leurs enseignants pour mettre en valeur produits du terroir et vins issus des exploitations des lycées agricoles et viticoles de France.

Pour près de 3 000 visiteurs, c’est parti pour un tour de France de dégustations ! L’occasion de découvrir une soixantaine de vins des lycées viticoles français et européens partenaires de l’établissement. Les spécialités des lycées agricoles ne sont pas en reste : les huîtres de Bourcefranc côtoient les charcuteries de Vire, les foies gras et confits de Périgueux, les bières de Douai, le cidre du Calvados…

Pour cette manifestation, les personnels et apprenants du lycée viticole d’Amboise et du lycée agricole de Chambray-lès-Tours sont mobilisés. C’est l’occasion pour les apprenants de mettre en pratique leurs enseignements.

Des ateliers culinaires sont également organisés pour faire découvrir les produits locaux et favoriser une réappropriation par les habitants de la région de leur terroir culinaire.

En collaboration avec le centre technique des Haras (IFCE - Institut français du cheval et de l’équitation), des animations équestres sont proposées.

La 25e édition aura lieu le week-end des 16 et 17 mars 2019… Retenez la date !

 

Le Centre-Val de Loire en chiffres

  • 2 387 000 hectares de surface agricole utilisée, soit 60% du territoire ;
  • 2 026 000 hectares de terres arables, dont 670 000 ha de blé tendre ;
  • 1 033 700 hectares de bois et forêts, soit 26% de la région ;
  • 22 000 exploitations agricoles ;
  • 30 000 personnes travaillant de manière permanente dans l’agriculture ;
  • 10% des surfaces agricoles sont toujours en herbe ;
  • 702 205 hectares classés Natura 2000, soit 18% du territoire régional.

Retrouvez le site de la Direction régionale de la région Centre - Val de Loire