La réforme territoriale, c'est maintenant : témoignage de Gilles Pelurson, directeur régional

Le ministre vous a confié un rôle de DRAAF préfigurateur pour la région Auvergne-Rhône Alpes. Pouvez-vous nous parler de la façon dont vous conduisez cette mission ?


La mission qui m’a été confiée est ambitieuse puisqu’il s’agit de réunir deux communautés de travail sur deux sites différents distants de 160 km, Lempdes et Lyon, autour d’un projet de service commun. Nous avons donc fait le choix, avec Bernard VIU, mon collègue DRAAF Auvergne, de structurer notre travail en deux temps, comme nous y invitait le Préfet préfigurateur de la région Auvergne Rhône-Alpes :
– le printemps a été entièrement consacré aux premières rencontres entres les équipes, à la préparation du projet et à l’élaboration d’un premier macro-organigramme. Nous nous sommes fortement appuyés pour cela sur une équipe projet et sur les chefs de service des deux directions.
– depuis cet été, à la suite en particulier des arbitrages rendus par le Premier Ministre et de la lettre de mission du ministre, nous préparons l’organisation détaillée tout en commençant à formaliser les conditions de fonctionnement en bi-site, à préciser les modalités de gouvernance au niveau de la future direction, et à conduire l’étude d’impact.

Les agents sont associés à la création de la nouvelle DRAAF au travers de réunions conjointes de services et/ou de pôles.

Les entretiens individuels sont également privilégiés pour évoquer toutes les questions liées au positionnement futur des agents. Ce travail approfondi est complété par des échanges avec les représentants du personnel réunis dans les instances consultatives, ainsi que par une communication régulière en direction de tous : sous forme de « lettres de la réforme terri- toriale », et d’assemblées générales. Nous restons en outre en relation étroite avec le Secrétariat général du ministère, avec lequel les échanges sont réguliers et directs.



Quelles sont les particularités de la nouvelle région ?

La nouvelle région Auvergne - Rhône-Alpes va constituer un ensemble remarquable composé du Massif central à l’Ouest, des Alpes et pré-Alpes à l’Est, et de grandes vallées ou « pénétrantes » principalement orientées nord-sud. 62 500 exploitations agricoles, 67 % de la région zone de montagne et haute montagne, troisième forêt française, deuxième région française pour l’agriculture biologique, 40 % des fromages AOP de France... telles sont les principales caractéristiques agricoles, forestières et agro-alimentaires.

Avec 121 établissements, dont 28 EPLEFPA, l’enseignement agricole y accueille 25 000 élèves, 3900 apprentis, et a vocation à porter ainsi les enjeux de la formation pour les secteurs d’activité qui relèvent de notre compétence.

L’ensemble de ces données a été très tôt partagé avec les responsables professionnels de nos deux régions actuelles. Elles nourrissent nos échanges, comme dernièrement lors du Sommet de l’élevage à Cournon d’Auvergne.

 

Sur quoi fondez-vous le succès de la DRAAF de demain ?


La DRAAF de demain doit trouver son équilibre autour de trois axes simples :
– celui de ses fonctionnalités qui doivent être claires et visibles, tant en interne qu’en externe
– celui de ses performances, en veillant à ce qu’elles s’enrichissent de l’expérience et du savoir-faire de chacune des deux directions actuelles
– celui du sens que chaque agent doit trouver dans son travail et dans ses missions.

Les usagers devront ainsi pouvoir trouver le même niveau de services qu’auparavant : l’implantation en bi-site devra permettre de valoriser nos fonctions de proximité ; l’implantation du siège à Lempdes nous conduira à y développer des fonctions de direction et de secrétariat général, tout en tenant compte des exigences particulières nées de la distance entre Lempdes d’une part, la Préfecture de région et le Conseil régional d’autre part.

Avec le travail engagé depuis plusieurs mois, notre ambition est de conclure l’essentiel de notre organisation détaillée d’ici la fin de l’année, afin que chacun puisse démarrer la nouvelle année dans un cadre profondément renouvelé et au sein d’une DRAAF au périmètre d’action significativement élargi. On ne peut ainsi que souhaiter que l’assemblée générale du personnel prévue le 7 janvier, au siège, à Lempdes, soit une véritable assemblée générale constitutive.