La mondialisation des systèmes alimentaires au cœur de la journée du réseau international du ministère
05/09/2017
Le réseau international du ministère (Résinter) s'est rassemblé le 31 août 2017 au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Pour cette 10e édition, les travaux se sont articulés autour de la question de la mondialisation des systèmes alimentaires, thème abordé lors des États généraux de l'alimentation.

Vidéo - Présentation de l'édition 2017 de Résinter

Chaque année, à la fin du mois d’août, le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation rassemble à Paris pendant 3 jours ses agents travaillant à l'international avec un double objectif : mieux se connaître pour mieux travailler ensemble, mais aussi profiter de l’expertise de chacun pour alimenter les réflexions du ministère et de ses actions.

La conférence Résinter, qui réunit chaque année plus de 250 agents du réseau, représente habituellement le point d'orgue de ces journées. Cette année elle était consacrée au thème de la mondialisation des systèmes alimentaires, et s'appuyait sur l'étude Mond’Alim 2030 réalisée par le Centre d’études et de prospective du ministère.

Pendant cette journée, trois tables rondes ont permis d'aborder les conséquences de la mondialisation en matière de :

  • commerce : comment défendre au mieux dans les intérêts de nos entreprises et de nos filières ?
  • gouvernance mondiale : définir la meilleure façon de porter la voix de la France sur les grands défis comme la sécurité alimentaire ou les objectifs de développement durable.
  • d’Europe et de PAC  : quelles politiques agricoles impulser au niveau européen pour répondre aux attentes émergentes des agriculteurs, des citoyens et des consommateurs.

Cette journée s’inscrivait dans le contexte des États généraux de l’alimentation (EGA), chantier prioritaire du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Lancés le 20 juillet dernier, les EGA comptent 14 ateliers, dont l’atelier 4 dédié à la conquête de nouvelles parts de marché à l’international et au rayonnement du modèle alimentaire français.

Une journée conclue par Stéphane Travert

Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation est venu conclure cette journée Résinter en déclarant qu'il est « essentiel que nous prenions ces temps d'échange et de réflexion pour analyser et anticiper les évolutions du monde. L'Europe et l'international sont des domaines vitaux pour ce ministère : nos politiques sont étroitement associées aux politiques européennes et aux enjeux internationaux ».

« Nous ne pouvons pas raisonner notre agriculture à la seule échelle de notre pays car nous vivons dans un monde ouvert où les systèmes de production alimentaire sont de plus en intégrés et interconnectées (comme le prouvent les événements récents sur le Fipronil), et parce que les grands défis des années à venir ne peuvent se raisonner qu'à une échelle globale, que ce soit la lutte contre le changement climatique ou pour la sécurité alimentaire » a déclaré le ministre.

Stéphane Travert a également salué la très grande diversité, la richesse et les valeurs du réseau.

Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr

L'importance du réseau international du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation

Ce réseau est constitué de plus de 400 agents travaillant sur les questions internationales, que ce soit en France, au sein du ministère ou d'autres organismes publics), mais aussi à l’étranger, au sein des ambassades, de la Commission européenne, ou des grandes organisations internationales (OMC, FAO, banques de développement…).

La diversité de ce réseau est une force essentielle pour le ministère. Une grande partie des politiques qu’il met en œuvre se raisonne à une échelle européenne et internationale. La sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire et phytosanitaire ou bien les questions environnementales, climatique ou  commerciales par exemple.