La Bretagne, région de traditions entre terre et mer
© Xavier Remongin / Min.Agri.Fr

Établie entre deux fenêtres maritimes, la Manche et l’Atlantique, et forte de 2 700 km de côtes, on ne peut évoquer la Bretagne sans parler de son activité maritime. Véritable atout touristique, la mer est aussi une activité économique importante de la région par la pêche, la conchyliculture et les transports maritimes.

Sur les terres bretonnes, l’agriculture tient une place prépondérante en terme de production agricole ou agroalimentaire. Elle est la première région française pour les productions animales (56% du tonnage national de viande porcine, 43% du volume d’œufs, 32% des viandes de volailles, 23% du volume de lait, 21% de la viande de veaux).

La Bretagne est également une région légumière de premier plan, avec des zones de production concentrées sur le littoral nord, et à proximité des agglomérations de Brest et de Rennes. Ainsi, 84% des choux-fleurs et 79% des artichauts français sont bretons.

L’agriculture bretonne est variée en nombre de filières de production mais aussi en modes de production. La région s’appuie traditionnellement sur des systèmes de production intensive mais elle a su diversifier son agriculture et développer des filières de qualité. Ainsi près de 6% de la sole bretonne est exploitée en agriculture biologique.

La Bretagne compte 1 455 établissements exerçant une activité relevant des industries agroalimentaires, dont 403 ayant de plus de 20 salariés. Les 58 200 salariés de l’agroalimentaire breton représentent 15% des effectifs nationaux, plaçant la Bretagne comme première région agroalimentaire française. Depuis 2010, l’effectif salarié des établissements bretons accuse une légère baisse, mais les industries agroalimentaires bretonnes restent dynamiques et diversifiées au regard des productions agricoles régionales variées.

L’agriculture régionale s'appuie également sur un réseau d'enseignement agricole dense et diversifié : chaque année ce sont plus de 16 000 élèves qui se retrouvent dans 62 établissements répartis dans toute la région.

La forêt bretonne, couvrant près de 400 000 hectares, est à 90% privée. L’arbre occupe une place de choix dans le paysage breton du fait de son importance dans le bocage et du caractère morcelé de la forêt. La majeure partie des peuplements forestiers est constituée d’essences feuillues, essentiellement des chênes ou châtaigniers, traitées en futaies ou en taillis. Les autres boisements, correspondant au quart de la surface forestière bretonne, sont composés de résineux, le plus souvent implantés depuis les années 1960 avec l’aide du Fonds Forestier National, dans un but de production de bois. Une filière d’exploitation et de transformation de ces bois s’est peu à peu développée pour aujourd’hui constituer un outil de production régional dynamique, essentiellement tourné vers les débouchés d’emballage (caisserie, palettes, cagettes).  

Un produit, un lycée agricole, une forêt, un événement, une initiative...

Retrouvez ci-dessous les spécificités de la région avec, au choix :

La galette-saucisse : reine des matchs !

Crédit ci-après
© Julien Mignot - Destination Rennes
Tous les samedis matins, c'est le même rituel sur le plus grand marché de Rennes : le marché des Lices. Des files d'attente à n'en plus finir devant tous les marchands de galette. Et l'histoire se répète lors des soirs de match au Roazhon Park. Quel brétilien ne connaît pas l'hymne du Stade Rennais : « Galette-saucisse je t'aime, j'en mangerai des kilos, dans toute l'Ille-et-Vilaine, avec du lait ribot ! ».

La recette est simple et efficace : une galette tiède et une saucisse de porc grillée. La galette-saucisse marie deux emblèmes gastronomiques bretons : le sarrasin et le cochon.
Le sarrasin, ou blé noir, est l'ingrédient de base des galettes. Longtemps cultivé en Bretagne grâce à son climat doux et humide, la production s'est peu à peu affaiblie. Depuis peu, le sarrasin est de retour en Bretagne, mais la production est encore loin de couvrir la demande. Une indication géographique protégée a été obtenue en 2010 pour faire une farine de qualité spécifiquement bretonne.
Quant au cochon en Bretagne, on ne le présente plus ! 58% des porcs français sont bretons. Les industries agroalimentaires abattant et transformant le porc breton emploient plus de 12 000 salariés et produisent le tiers de la charcuterie nationale.

Au lycée agricole de Caulnes, pédagogie et animations pour une alimentation durable

Depuis 2015, un travail sur l’alimentation, « outil de médiation et vecteur de promotion de l’agro-écologie sur le territoire », est mené dans l’établissement public d’enseignement agricole de Caulnes (22). Un enseignant d’éducation socio-culturelle, très impliqué, a conduit ce travail sur un mode projet, ce qui a permis de :

  • valoriser les actions menées dans la pédagogie : la question alimentaire est un levier pertinent parce qu’elle se retrouve dans les différents référentiels de formation de l’enseignement agricole ;
  • mobiliser les différents centres (CFA, Lycée, ferme), l’ensemble des personnels de l'établissement : en cuisine, les gestionnaires, la vie scolaire… Le restaurant scolaire est plus particulièrement un support de pédagogie pour un projet d’éducation et de formation aux enjeux des systèmes alimentaires durables ;
  • impliquer significativement des jeunes qui ont ainsi rencontré  des acteurs du territoire d'univers différents (associations, collectivités, autres établissements) pour promouvoir le dialogue autour de l'assiette de demain ;
  • contribuer aux échanges en lien avec le développement du territoire : Projet Alimentaire de Territoire de Dinan, projet de parc.

Pour 2018-201919, cette expérience en matière de mise en mouvement pédagogique et d'animation des territoires autour de la question alimentaire devrait être valorisée dans les autres EPL bretons. Ce projet  « Tous acteurs de nos assiettes ! Plaisir à la cantine et synergies éducatives et pédagogiques » s’appuiera sur un contexte régional favorable (mises en place des Projets alimentaires territoriaux, initiative « Breizh alim » de la région Bretagne), sur les acquis d’une formation animation Plaisir à la cantine menée en 2016 par l’enseignement agricole public, avec le soutien financier du Programme national alimentaire (PNA).

Contes et légendes de la forêt de Brocéliande

Au carrefour des départements d’Ille-et-Vilaine, des Côtes d’Armor et du Morbihan s’étend la forêt de Paimpont, également dénommée forêt de Brocéliande. Ce massif d’environ 20 000 hectares est, dans sa composition, bien représentatif des forêts bretonnes. Il comprend un site Natura 2000, désigné pour la préservation des habitats forestiers, dont la hêtraie-chênaie atlantique à sous bois de houx et d’ifs, des milieux ouverts de lande et tourbières et des prairies humides associées à quelques étangs.  
La forêt de Paimpont est assimilée, depuis la moitié du XIXe siècle, à la forêt imaginaire de Brocéliande, et de nombreux sites évoquent des épisodes de l’épopée arthurienne : le Val sans Retour, la fontaine de Barenton, la fontaine de Jouvence… C’est ainsi que, suite à une vocation de production de bois depuis le XVIIe siècle pour l’exploitation des forges de Paimpont, la forêt de Brocéliande a connu un essor touristique. Elle accueille chaque année de nombreux promeneurs sur les traces de Merlin et de Viviane.

Breizh agri food : des portes ouvertes sur l'alimentation dans toute la Bretagne

Ils organisaient des portes ouvertes... chacun dans leur coin... Pour bénéficier d'une meilleure visibilité, Agriculteurs de Bretagne, la chambre d'agriculture, Produit en Bretagne, Interbev et Nutrinoë ont décidé d'unir leurs forces : du 1er au 22 juin, « Les rencontres de l'agriculture et de l'alimentation en Bretagne » (Breizh agri food) permettent aux consommateurs de découvrir comment se produit leur alimentation au quotidien.

Les portes ouvertes sont proposées dans le cadre de cinq événements majeurs existants :

  • « Tous à la ferme » orchestré par Agriculteurs de Bretagne le dimanche 10 juin ;
  • « Usines ouvertes », organisé par Nutrinoë autour de la nutrition animale le samedi 16 juin ;
  • « Les portes ouvertes des entreprises agroalimentaires », proposées par Produit en Bretagne, du 11 au 16 juin ;
  • « Les rencontres made in viande » du 31 mai au 10 juin par Interbev Bretagne ;
  • « Innov'action » proposée par Chambres d'agriculture de Bretagne du 19 au 22 juin.

La Bretagne en chiffres

  • SAU (surface agricole utile) bretonne : 1 638 229 hectares, soit 60% du territoire régional ;
  • 30 785 exploitations agricoles ;
  •  54 530 salariés agricoles à temps complet ;
  •  16 113 élèves et 2 145 apprentis.

Retrouvez le site de la Direction régionale de la région Bretagne