Accueil > Enseignement agricole > Paroles de jeunes > Territoire > Joseph Brunat, à l’école des profs !

Territoire

Joseph Brunat, à l’école des profs !

24/11/2011

Devenir enseignant, c’est comme tout, ça s’apprend. Joseph Brunat, 24 ans, étudie à l’école nationale de formation agronomique (ENFA) de Toulouse et officiera bientôt comme professeur dans l’enseignement agricole.

Camille.Mazoyer/Min.Agri.FrA 24 ans, Joseph dispose déjà d’une solide formation. Après un Bac sciences et technologies de l’agronomie et de l’environnement (STAE), il opte pour un BTS horticole puis s’oriente vers l’agriculture biologique avec un certificat de spécialisation à Montauban et enfin une licence professionnelle « agriculture biologique, conseil et développement », à Clermont-Ferrand.

Aujourd’hui, c’est l’envie de transmettre ses connaissances et de promouvoir une « autre » agriculture qui le conduit vers le métier d’enseignant. « J’ai intégré en 2010 le tout nouveau master de l’ENFA "Enseignement et Formation pour l’enseignement Agricole et le développement rural". C’est une formation à distance, qui prépare au métier d’enseignant. A l’issue des 2 ans du master, je devrai passer le concours », résume Joseph.

La promotion d’une trentaine d’étudiants, se retrouve à Toulouse deux semaines dans l’année. Le reste du temps, les cours sont dispensés à distance via une plateforme pédagogique sur Internet. La plupart des participants se forment et travaillent en même temps. Certains sont enseignants contractuels de l’enseignement agricole et visent la titularisation comme fonctionnaire, mais d’autres sont issus de diverses licences, sans rapport avec la sphère agricole.

« Les études durent deux ans, avec des évaluations régulières. On peut se spécialiser en production animale, en économie-gestion, en éducation socio-culturelle ou, comme moi, en production horticole. Mais il faut aussi se mettre en situation. Au mois de mars, je serai au LEGTA de Blanquefort, près de Bordeaux, pour mon premier stage d’observation », précise Joseph.

A l’issue de ces deux années, le jeune homme souhaite passer le Capeta (le concours équivalent du « Capes » pour l’enseignement agricole) et enseigner l’horticulture ou l’agronomie. « J’ai connu l’enseignement agricole depuis la seconde. Je connais sa qualité et j’aimerais aujourd’hui donner le goût de l’agriculture aux jeunes, tout en les sensibilisant à la production biologique et plus généralement aux méthodes de production respectueuses de l’environnement », assure-t-il.

Et dans 10 ans ? Joseph garde en tête un projet de longue date : s’installer comme agriculteur dans le sud-ouest, en arboriculture ou polyculture, pour mettre en application les préceptes du Bio qui lui sont chers.

Pour en savoir plus : www.enfa.fr/