JNCI : l'enseignement agricole impliqué dans la coopération internationale
Crédit ci-après
© Régis Dupuy

En novembre dernier, le lycée agricole La Cazotte à Saint-Affrique (Occitanie) a accueilli les 19e Journées nationales de la coopération internationale de l'enseignement agricole (JNCI). En effet, l'ouverture sur le monde fait partie intégrante des missions de l'enseignement agricole et concerne l’ensemble de la communauté éducative.

Durant trois jours, en présence de Philippe Vinçon, directeur général de l'enseignement et de la recherche, ce rendez-vous régulier a rassemblé plus de 300 participants – jeunes, enseignants, partenaires français et étrangers – autour de la thématique : « La mission de coopération internationale dans un monde en mutation ». Il s'agissait pour les intervenants de confronter les pratiques des établissements de l'enseignement agricole, d'analyser les actions conduites et d'identifier les changements qui s’imposent pour faire face aux défis actuels et à venir (changement climatique, réformes éducatives dans les pays partenaires, sécurité alimentaire, tensions sécuritaires, etc.).

Trois journées de réflexion

Ces trois jours ont été l'aboutissement d'un cycle de réflexions menées en régions depuis 2015 par les établissements. « Des journées très riches, très denses, très sympathiques » a résumé Laurence Rigollet, chef de projet de la plate-forme française d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale Éducasol. Sollicitée pour l’occasion, elle a réalisé la synthèse des ateliers. « Il régnait une ambiance bon enfant mais studieuse, avec des participants animés par la même envie de répondre à des défis majeurs : le dérèglement climatique, la faim dans le monde, l'appauvrissement de la biodiversité, la financiarisation, l'exode rural, les mutations internationales... »

Des réseaux à mieux valoriser

Les apports de la coopération internationale dans la scolarité de élèves sont indéniables, et c’est pour cela que les participants ont pointé l'importance d'une bonne information pour la mise en place des projets. De nombreux réseaux d'échange et des programmes spécifiques permettent la mise en œuvre de la mission de coopération internationale de l'enseignement agricole. Le réseau d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (RED) et le réseau social MoveAgri, dédié aux apprenants en mobilité sont ainsi complémentaires du programme européen Erasmus + et des partenaires institutionnels tels que les collectivités territoriales. Ces dispositifs gagneraient à être plus souvent mis en avant afin de favoriser les projets de mobilité des élèves et des étudiants. C'est en échangeant, en connaissant mieux les contraintes des uns et des autres, en multipliant les partenariats que les projets avancent le mieux. Il existe également des dispositifs pour accompagner les jeunes à leur retour, afin de les aider à valoriser leur expérience. Et comme le rappellent plusieurs participants, « la coopération internationale, ce n'est pas forcément partir loin : il est possible de s'engager dans des associations ou des actions de solidarité internationale à côté de chez soi ».

Des témoignages précieux

Tout au long de cette 19e édition, les échanges ont été passionnants et passionnés. Au cours des tables rondes, la parole a été donnée à des jeunes de l'enseignement agricole ainsi qu'aux invités venus d'une dizaine de pays notamment du Brésil, du Cameroun ou d'Haïti. Tous ont montré leur attachement à cette possibilité offerte par l'enseignement agricole de découvrir des pratiques, des personnes et des cultures différentes. C'est aussi l'occasion pour chacun de se prendre en charge, de gagner en maturité et d'apprendre à s'adapter. En présence des porteurs du projet franco-camerounais de valorisation de la fève de cacao en chocolat, la projection-débat des films « Keka Wongan » a permis d’illustrer les différentes étapes de co-construction d’un projet prenant en compte les trois volets économiques, environnementaux et sociaux inhérents à l’agro-écologie. Des témoignages sincères qui ont fait écho aux mots de Marc Dufumier, professeur émérite à AgroPartisTech et « Grand Témoin » de cette édition 2016 : « Un monde en mutation nous amène à des remises en cause et je pense que nous y sommes prêts. Les nouveaux enjeux sont les échanges de connaissances et d'expériences, non pas en sens unique, mais dans la réciprocité. Faire de la co-opération et de la co-analyse, c'est devenir tolérant, compréhensif et vivre des chocs culturels, mais aussi apprendre à grandir, vaincre ses peurs et apprécier l'étranger. »

  • Crédit/légende ci-après
    Ouverture des 19e JNCI par Philippe Vinçon, directeur général de l'enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l'Agriculture. © Isabelle Hervé
  • Crédit/légende ci-après
    Intervention de Laure Coudret-Laut, directrice de l’agence Erasmus + France. © Isabelle Hervé
  • Crédit/légende ci-après
    Intervention de Benoît Bonaimé, chef du bureau des relations européennes et de la coopération international à la Direction général de l'enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l'Agriculture. © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Table ronde avec Marc Dufumier, grand témoin des JNCI 2016, professeur émérite à AgroParisTech, et Pierre Blaise Ango, président du réseau international de la formation agricole et rurale (Cameroun). © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Dîner des bergers, le 2 novembre, dans la salle des fêtes de Saint-Affrique (Aveyron). © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Table ronde avec Francis Oury, directeur-adjoint formation initiale scolaire de l'EPLEFPA du Bas-Rhin, et Antoine M'Bida, directeur du collège régional d'Ebolowa (Cameroun). © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Intervention de Colette Crétin, étudiante à Montpellier SupAgro en licence pro "Gestion agricole d'espaces ruraux". © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Shruti Iyer, étudiante indienne en service civique international au lycée agricole de Laval (Mayenne), et Aïcha Tiama, apprentie au lycée professionnel Clair Foyer de Prayssac (Lot). © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Synthèse des ateliers par Laurence Rigollet, cheffe de projet de la plate-forme française d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale Educasol. © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    David Cau, ingénieur agronome, professeur au lycée Étienne Restat à Sainte-Livrade-sur-Lot (Lot-et-Garonne) et caricaturiste à ses heures, a donné une version imagée et pleine d'humour de ces 19e JNCI. © Régis Dupuy
  • Crédit/légende ci-après
    Clôture des 19e JNCI par Gérard Parisot, directeur de l'EPL La Cazotte (Aveyron), et Olivier Rocher, enseignant d'anglais à l'EPL La Cazotte et coordinateur local des 19e JNCI. © Régis Dupuy
  • Légende ci-après
    Visite de parcelles du lycée agricole de Saint-Affrique (Aveyron) conduites en agro-écologie par Philippe Vinçon, directeur général de l'enseignement et de la recherche (DGER) au ministère de l'Agriculture.

Voir aussi