Jardins de Mazet : Vous prendrez bien une infusion ?

La tisane c’est tendance. Marie d’Hennezel l’a remise au goût du jour en imaginant une boisson froide à base de plantes et de jus de fruits. Une recette unique concoctée à partir de 60 espèces cultivées en agriculture biologique à 450 mètres d’altitude sur les contreforts des Cévennes. Rencontre.

Jardins de Mazet : Vous prendre bien une infusion ?

Le chemin est long et caillouteux pour venir au domaine de Mazet. Mais le paysage est grandiose. Des champs de fleurs, des arbres centenaires, un courant d’eau émergeant des montagnes… Marie d’Hennezel, la propriétaire du lieu, a défriché 20 hectares pour en faire des champs travaillés en agriculture biologique. Permettant ainsi à 60 espèces de plantes cultivées ou sauvages de batifoler au gré des saisons. Campée fièrement dans ses bottes, veste cintrée et regard décidé, Marie d’Hennezel aime relever les défis.Citadine depuis son enfance, il n’a pas été facile pour elle de s’installer comme agricultrice à Mazet. « On pensait à l’époque que j’étais Marie-Antoinette aux champs », rigole-t-elle. Journaliste à Paris, elle a acheté le domaine en 1986 pour sa famille. « J’y suis venue pendant les vacances puis de plus en plus souvent. J’étouffais en ville. »

RETOUR À LA TERRE

Jardins de Mazet : Vous prendre bien une infusion ? © Cheick Saidou / Min.agri.fr
En 1995, elle se décide à suivre sa voie : « J’ai toujours voulu soigner les gens. Je me suis décidée à cultiver des plantes médicinales.  » Elle lit beaucoup, s’entoure de conseils de médecins, de pharmaciens et d’agriculteurs. « Au début, je ne savais même pas comment récolter mes fleurs  », se remémore-t-elle. Un ami de la Sica (société d’intérêt collectif agricole) vient lui montrer les gestes dans les champs. Tout est cueilli à la main. « Je me suis parfois demandé ce que je faisais toute seule au milieu de mon terrain mais je n’ai jamais regretté.  » Les premières récoltes furent un succès car la terre de Mazet est riche, permettant de produire des simples de qualité. Marie d’Hennezel créé alors sa marque, Marie de Mazet. Une façon de montrer son appartenance à sa région d’adoption. « La terre est devenue mon quotidien, assure Marie. Quand je vois un champ, je tente de le comprendre. Je peux dire maintenant que je suis agricultrice. »

DE LA TISANE À LA TIS’UP

Aujourd’hui, Marie sème, récolte, sèche ses plantes pour en faire de la tisane. « Mes amis m’ont dit un jour qu’ils n’avaient jamais le temps d’en infuser  », se souvient-elle. Cette ancienne publicitaire a alors imaginé une infusion, prête à consommer et qui garde tous les bienfaits des plantes. Un pari difficile car il fallu trouver un moyen de conservation sans dénaturer les simples. « Une année, j’ai fait pousser des tomates et les ai amenées chez Sojufel, une entreprise qui produit des jus de manière artisanale  », raconte-t-elle. Plantes médicinales et jus de fruits seront mélangés afin d’assurer une acidité suffisante pour la conservation. Pour élaborer ses recettes, Marie s’enferme dans sa cuisine et requiert l’aide de Marcel Bal, le fondateur de Sojufel. « On est remonté à la source originelle des plantes, on a importé l’eau du domaine et on a mélangé avec le jus de fruits  », explique Marcel Bal. C’est ainsi que sont nées les Tis’up. Des tisanes froides aux bouteilles colorées conservant les bienfaits des plantes. Romarin et jus de mûres, menthe poivrée et jus de pommes, origan et jus de groseilles… Faciliter la digestion, apaiser le stress, préparer le sommeil… il y en a pour tous les petits bobos et surtout pour tous les goûts !

DONNÉES EXPRESS

Jardins de Mazet : Vous prendre bien une infusion ? © Cheick Saidou / Min.agri.fr
150 plantes à parfum, aromatiques et médicinales sont cultivées en France sur 30 000 ha, pour un chiffre d’affaires de 85 millions d’euros.Les producteurs doivent observer des réglementations spécifiques pour commercialiser leurs plantes.La concurrence étrangère est très présente sauf pour le lavandin, dont 80 %de l’huile essentielle est exportée vers l’Europe, les États-Unis et l’Asie.

TOUS LES GOÛTS SONT DANS LA NATURE

À Mazet tous les sens sont en éveil. On sent la lavande, on goût une fleur de capucine, on s’enivre de verveine... Depuis cette année, le domaine est ouvert au public. Pendant plus de deux heures de visite, la propriétaire s’arrête à chaque pas pour raconter une anecdote sur ses plantes. Quand on touche une feuille de cassis, on a une meilleure compréhension de ses principes actifs. C’est une plante qui contribue à détoxifier le foie et les reins, explique-t-elle. À 58 ans, Marie a acquis une grande connaissance des plantes. Pour partager leurs bienfaits, un laboratoire pharmaceutique spécialisé en homéopathie a été construit sur la propriété.

Retrouvez Marie et ses tisanes sur www.marie-de-mazet.com

Voir aussi