Influenza aviaire : la France passe d'un niveau de risque "modéré" à "négligeable"
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr
05/05/2017
Actu
Un nouvel arrêté est paru au JO du 4 mai qui fait passer le risque lié à l’influenza aviaire de « modéré» à «négligeable ». Cette modification survient dans le contexte où la situation sanitaire continue à évoluer favorablement.

Le niveau de risque avait déjà été abaissé de « élevé » à « modéré » pour la France entière, hormis les zones à risque particulier, le 12 avril dernier, en l’absence de nouveaux foyers d’influenza aviaire.

Le passage en risque négligeable lève les contraintes qui persistaient depuis le passage en risque modéré (en application depuis le 14 avril) dans ou depuis les zones classées à risque particulier (notamment les zones humides avec présence de faune sauvage). Ces contraintes portaient sur la tenue des rassemblements d'oiseaux, les compétitions de pigeons voyageurs et les lâchers de gibier à plumes et les conditions de confinement des volailles.

Cette évolution du niveau de risque ne modifie pas les conditions de mise en œuvre des mesures de contrôle de l’influenza aviaire adoptées précédemment vis à vis des élevages de volailles. L’abaissement du niveau de risque vis à vis de l'avifaune sauvage en France ne signifie pas pour autant qu'il faut baisser la vigilance vis-à-vis du risque lié à l’influenza aviaire.

  • D'une part, le risque vis à vis de l'avifaune sauvage ne peut pas faire l'objet des mêmes mesures de maîtrise que pour les oiseaux domestiques : il faut donc rester très vigilant et poursuivre les efforts de surveillance. Si la situation chez les oiseaux sauvages évoluait défavorablement, il conviendrait de redéployer avec une bonne réactivité les mesures de protection des élevages prévues par la réglementation.
  • D'autre part, compte tenu de l'épisode traversé ces derniers mois, le risque de réapparition de cas existe toujours.

Pour tenir compte de ce risque, les zones largement contaminées du sud-ouest de la France font toujours l'objet de mesures sanitaires réglementaires spécifiques pour éviter le risque de résurgence. Le vide sanitaire dans les exploitations de palmipèdes dans le Sud-Ouest de la France, mis en œuvre du 17 avril au 28 mai 2017, reste ainsi toujours en vigueur (voir liste des communes concernées)

Par ailleurs, les mesures destinées à sécuriser le fonctionnement des activités d'élevage les plus à risque sont en cours de déploiement dans le cadre du Pacte qui a été signé le 13 avril entre le Ministère et les représentants de la filière pour anticiper le risque d'une troisième crise, l'hiver prochain.

Pour mémoire le statut indemne d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) pourrait être recouvert à partir de 3 mois après la fin des mesures de gestion du dernier foyer.