Des primes, des concéssions et des privilèges accordés aux particuliers qui présentaient les plus beaux étalons consacrés à la reproduction et appelés Etalons approuvés.

Le décret du 29 janvier 1790 supprime les Haras et toute la réglementation en vigueur pour l'élevage du cheval au nom de la liberté individuelle.

La Convention vote le 2 Germinal, An 3, une loi portant rétablissement de 7 Dépôts d'Etalons.

Napoléon établit des courses de chevaux dans les départements (Décret du 31 août 1805) et définit la structure de l'Administration des Haras confiée au Ministère de l'Intérieur (Décret du 4 juillet 1806) :
6 arrondissements d'inspection
6 Haras de 100 poulinières
30 Dépôts d'Etalons avec 400 étalons
2 Ecoles d'expériences.

Après diverses modifications, il existait en 1825 :
2 haras (LE PIN - ROSIERES)
3 Dépôts d'Etalons et poulains (LANGONNET, TARBES, POMPADOUR)
24 Dépôts d'Etalons répartis en 8 arrondissements.

L'Ecole des Officiers des Haras créée en 1823 fut supprimée et rétablie à plusieurs reprises.
En 1870, les Haras sont rattachés au Ministère de l'Agriculture.

 
La loi du 29 mai 1876 fixe le nombre des fonctionnaires supérieurs des Haras, rétablit l'Ecole du Pin et la jumenterie de Pompadour, détermine les modes d'action de l'Administration.

La loi du 2 juin 1891
réglemente les courses de chevaux.

Il est curieux de constater combien l'Administration des Haras, ancienne de 300 ans, a pu évoluer au cours des temps et il faut souligner la facilité avec laquelle elle s'est toujours adaptée aux circonstances nouvelles pour résoudre les problèmes de chaque époque.

 

 

 



Source :
J. JOURDANNE. Officier des Haras
1965