Nord par une population très organisée construisant les fameuses maisons danubiennes de plusieurs dizaines de mètres de longueur, faites de poteaux en bois, de torchis et de chaume, possédant un outillage agricole primitif encore utilisé de nos jours en Papouasie (bâton à fouir le sol, houe, maillet à écraser les mottes, faucille à lame de silex) et pratiquant l'élevage du bouf et aussi de la chèvre et du porc.

- le courant méditerranéen au Sud se caractérisant par de petits groupes nomades vivant dans des abris saisonniers. Ici le bouf est remplacé par le mouton. Parallèlement des cités lacustres (les palafittes) voient le jour autour de tous les lacs des Alpes et du Jura. Le mode de culture est celui de l'abattis brûlis sur forêt et abandon des parcelles après épuisement du sol. Les plantes cultivées sont les céréales comme le blé (engrain, blé amidonnier), l'orge, le millet et quelques légumineuses (le pois, les fèves, les lentilles).

La propagation des techniques de culture va se faire progressivement en évitant les terres trop lourdes, les zones trop montagneuses, les marécages, et d'im-portants massifs forestiers.
Ces peuples avaient donc déjà acquis les rudiments de l'art agricole avec le travail du sol en surface, les semailles des graines, la conduite des troupeaux et le stockage des récoltes en prévision de l'hiver.
Vers -2500, fin du Néolithique, on compte environ 500 000 habitants. Avec le Chal-

 

colithique (âge du cuivre de -2500 à -1800) et l'âge du bronze (-1800 à -725) commence l'âge des métaux durant lequel se perfectionnent outils agricoles et techniques.

L'araire tirée par des boufs (la charrue primitive), en provenance du Moyen-Orient aussi, devient l'instrument de labour par excellence comme en témoignent les milliers de gravures sur roches datant du début de l'âge du bronze dans le Massif du Tende au dessus de Nice (la Vallée des Merveilles). De même les fouilles archéologiques ont prouvé l'utilisation de la faucille en bronze pour la moisson, des faisselles en poterie pour la fabrication du fromage et le filage de la laine.
A l'âge du bronze, on estime la population à 5 millions d'habitants, chiffre considérable pour le niveau technique atteint, probablement un plafond démographique sans de nouveau défrichement et de nouveaux outils.

Mais de la même manière que les communautés du Mésolithique avaient été absorbées ou repoussées, voire anéantie par les nouveaux venus, les populations indigènes du bronze vont être peu à peu infiltrées, assimilées ou bien encore réduites en esclavage par de nouveaux colons : les Celtes.





Sources :

© Texte de Michel Guy pour Pages d'Histoire,
L'Agriculture au fil du temps