LES CELTES

De - 750 à - 52 av. J-C.

- 750 à - 500 av. J.C

1 er âge Hallstadt

- 500 à - 52 av. J.C 2 ème âge La Tène

Dieu celte de la forêt, découvert au Mt St-Jean. Il porte une serpe et un arc.

Dès la fin du IIème millénaire av. J.C, des peuplades celtes, originai-
res d'Europe Centrale ainsi que les communautés danubiennes précédentes, commencent à pénétrer dans le Nord et l'Est du pays. Leurs pratiques funé-
raires (ensevelissement des morts) vont remplacer peu à pseu celles de la civilisation des champs d'urnes (- 1200 à - 700 av. J.C) du Bronze moyen et final qui incinérait ses défunts.

Mais c'est à la période de Hallstadt (- 750 à - 450 av. J.C) ou 1 er âge du fer que l'installation des celtes devient massive et majeure cependant que les cités lacustres disparaissent, englouties par la remontée des eaux.

Le climat devient subatlantique, c'est- à-dire frais et humide, celui-là même que nous connaissons encore aujourd'hui.

Ces nouveaux colons savent travailler le fer, métal abondant et extractible facilement dans notre sol, ce qui va entraîner de profonds changements dans

 

les échanges, la fabrication des outils et les pratiques agricoles.

Ils utilisent le cheval de selle, les chariots attelés à des bovins, les armes et les outils en fer.

Leur société organisée, déjà complexe est constituée de plusieurs classes : chefs militaires (classe dirigeante), commerçants et religieux (les druides), artisans et ouvriers et enfin des agriculteurs avertis.

Au Vème siècle avant notre ère, début de la période de la Tène , l'emprise des tribus ou peuples gaulois (les Arvernes, les Eduens, les Bituriges, etc.) se généralise sur le territoire et vers -300 av. J.C la celtisation est complète dans le Centre, le Nord et l'Est du pays cependant que sur le pourtour méditerranéen des colonies grecques s'implantent (Marseille est fondée en -600 av. J.C, puis Nice, Agde.) et cultivent déjà la vigne et l'olivier.

La déforestation, déjà bien entamée à la fin de l'âge du bronze, s'intensifie avec la celtisation soit par la conquête de nouveaux espaces agricoles, soit pour les besoins de la métallurgie et du chauffage et atteint à la fin de la période celtique 50% du territoire.

Le mode de culture des sols devient plus raisonné avec un assolement biennal (céréale d'hiver/ jachère) ou encore la rotation dite celtique : 12 ans de prés et
4 ans de culture. Des plantes nouvelles sont cultivées tels le froment, l'épeautre (dans les Ardennes surtout), le seigle dans le Centre (terres acides) pour les céréales.