Guadeloupe : un drone au service de l'agriculture
Crédit ci-après
© DAAF Guadeloupe / drone

C’est en septembre 2015 que la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de Guadeloupe (DAAF) a décidé de s’équiper d’un drone. Objectif ? Soutenir et mettre en valeur les initiatives des filières agricoles. Retour d’expérience sur l’utilité d’un tel outil au service de l’agriculture.

Si la finalité première du drone était de réaliser des prises de vues aériennes (photographies et vidéos), son usage au quotidien s’est révélé bien plus étendu, comme le témoignent les exemples suivants :

Le type de drone utilisé (DJI Phantom 3 Advanced) dispose d'une caméra stabilisée sur trois axes qui permet de réaliser de belles prises de vues aériennes. Celles-ci ont été utilisées dans de nombreux cas de figures avec un exemple notable : l'appui aux experts du CEREMA dans le cadre de la mise en place du Plan de Déplacement Inter Administration. Ici, le drone permet d'avoir une vue globale des abords des différents sites de l’État et donc de mieux appréhender les flux de véhicules aux heures de pointe.

Mieux traiter les adventices, évaluer les dégâts dus aux intempéries...

Le drone a servi sur l'exploitation du lycée agricole Jean-Louis Kelemen pour détecter les adventices (mauvaises herbes) sur une parcelle de canne à sucre difficilement accessible à pied. Les clichés pris par le drone étant automatiquement géo-référencés, il était ensuite facile d'appliquer le traitement localisé à l'aide d'un GPS.

La DAAF de Guadeloupe a également utilisé le drone dans le cadre de l'enquête sur les calamités agricoles provoquées par la tempête Matthew. Grâce aux photos aériennes géo-référencées, l’ampleur des dégâts a été bien identifiée, ce qui a été très utile lors de la transmission du dossier au ministère.

Crédit ci-après
© DAAF Guadeloupe / drone

Autre exemple : le chantier du barrage de Moreau, situé sur la commune de Goyave, destiné à stocker de l’eau à usage d’irrigation agricole. La DAAF a réalisé un plan de vol sur l'application Drone Deploy pour quadriller le secteur. Une fois sur place, le drone étant placé en mode de vol automatique, 95 clichés ont été récoltés puis assemblés afin de réaliser une photogrammétrie en 3D actualisée du chantier.

Le drone, un outil transversal

Une intervention a été réalisée avec l'INRA Guadeloupe sur l'alimentation des caprins. Le drone a été utilisé pour étudier l'hétérogénéité des pâturages exploités par des caprins et en évaluer les conséquences sur le parasitisme gastro-intestinal. L'analyse d'images prises avec un drone à des moments-clés du cycle de pâturage pourrait apporter des éléments de réponse et faciliter l'échantillonnage de zones contrastées, peu visibles depuis le sol.

Le drone a également été utilisé avec d'autre partenaires : l’ONF (études défrichements) ou encore le CIRAD (communication).

Enfin, le drone devrait être utilisé au mois de mars dans le cadre de l'exercice Richter Antilles qui vise à simuler sur quatre jours un séisme majeur d’une magnitude de 8,5 qui se produit au Nord-Est de la Guadeloupe et impacte fortement les territoires antillais.

Cette expérience de la DAAF Guadeloupe est amenée à se développer puisque la DAAF Guyane s’est elle aussi équipée d'un drone.