Garantir : l'évaluation environnementale en agriculture, Agribalyse
Crédit ci-après
© Xavier Remongin/Min.Agri.Fr
L'outil Agribalyse fournit des données pour les analyses de cycle de vie des produits issus de l'agriculture.

L'Ademe coordonne le programme Agribalyse® en partenariat avec l'INRA, les instituts techniques agricole, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), les coopératives et le ministère en charge de l'environnement, afin de mettre en place une base de données homogène et transparente permettant de connaître l'impact environnemental des produits agricoles.

Le programme s'attache à fournir une méthode harmonisée et adaptée aux productions françaises ainsi que des indicateurs solides, calculés selon le cadre international de l'analyse de cycle de vie (ACV). Depuis la publication de la première version de la base de données en 2013, ces données permettent d'alimenter de nombreux projets en lien avec l'amélioration environnementale des filières (écoconception), l'étude des pratiques alimentaires ou encore l'information environnementale des consommateurs. Les données et les méthodes sont régulièrement mises à jour et enrichies. Cet outil permet ainsi de contribuer aux bilans environnementaux des produits de la bioéconomie issus de l'agriculture.

Comment évaluer l'impact environnemental ? 

Le fait qu’un produit soit biosourcé ne constitue pas en soi un gage de durabilité ni de qualité, même si son premier but affiché est d’alléger un certain nombre d’impacts environnementaux. C’est pourquoi les évaluations sont indispensables pour s'assurer que l'on atteigne bien les objectifs - même de la bioéconomie.
Tout en restant accessibles à l'ensemble des acteurs, ces évaluations nécessitent des indicateurs et donc des mesures, de la traçabilité et des contrôles, ces critères devant évoluer avec le progrès des connaissances et la variabilité des situations.
Les analyses de cycle de vie (ACV) permettent de disposer d'une approche globale et permettant à priori les comparaisons. Ce type d'évaluation devrait avoir un périmètre pluriannuel, par exemple pour prendre en compte les rotations agricoles, et faire l'objet de bilans à long terme pour les cycles forestiers, comme cela commence à se faire.