FranceAgriMer, accompagner les filières agricoles et de la pêche
Crédit ci-après
© Pascal Xicluna / Min.Agri.Fr

FranceAgriMer, héritier des offices nationaux interprofessionnels dont le modèle d’organisation - l’office du blé - a été imaginé voici 80 ans. Il est au service des politiques économiques des filières agricoles et de la pêche. Dans un contexte en profonde évolution, l’établissement, sans sacrifier aux valeurs de réactivité et d’objectivité qui sont les siennes, est engagé dans un processus d’adaptation continu de son organisation, de ses méthodes et de ses outils, au service du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

Éclairer, orienter, accompagner : ses trois grandes missions apparaissent plus que jamais actuelles, alors que les filières affrontent des difficultés conjoncturelles, reflétant souvent des faiblesses structurelles qu’elles peinent à lever. FranceAgriMer cherche, par son expertise sur les entreprises et les marchés, à faciliter le diagnostic, à anticiper les évolutions : en substance, éclairer pour orienter l’action, action à laquelle l’établissement contribue, en mettant en œuvre le volet « marchés » de la PAC et des dispositifs nationaux d’aides structurelles ou de crise.

Sa gouvernance originale, marquée par la forte implication professionnelle, et son articulation étroite avec les services du MAAF, y compris en région à travers l’affectation des équipes en DRAAF, sont des atouts avérés face aux mutations rapides que connaissent les filières agricoles et les politiques publiques : y répondre nécessite une capacité à jouer des synergies, à nouer des partenariats et à faire émerger les stratégies collectives. Ce sont ces capacités que l’établissement ambitionne de renforcer sans relâche.

Les missions de FranceAgriMer

Les filières de l’agriculture et de la mer évoluent aujourd’hui dans un environnement en pleine mutation : la politique de la demande a remplacé celle de l’offre, l’incertitude est devenue une donnée structurelle des entreprises, et les habitudes de consommation, tout comme les attentes sociétales à l’égard de ces secteurs, évoluent. Dans ce contexte, FranceAgriMer apporte sa contribution au développement des performances des acteurs des filières agricoles, agroalimentaires et de la mer.

Répartition des études par filières
Répartition des études par filières :

  • Multifilières : 30%
  • Élevage : 28%
  • Grandes cultures : 15%
  • Fruits et légumes : 13%
  • Vin : 10%
  • Pêche et aquaculture : 9%
  • Autres filières végétales : 6%
  • Sucre : 5%.

À leur service, FranceAgriMer éclaire, oriente et accompagne les filières :

Éclairer, c’est assurer un suivi impartial des marchés (cotations, observatoires…) et proposer une expertise économique qui permette aux opérateurs des filières agricoles et de la mer d’appréhender les évolutions, les crises en germe, les orientations de fond à l’œuvre…, pour élaborer des stratégies de développement et ainsi gagner en compétitivité.
En 2015, 7 M€ ont été consacrés à l’acquisition de données et aux études économiques réalisées pour toutes les filières.

Orienter, c’est permettre à tous les acteurs des filières de se forger une stratégie, des priorités et des plans d’actions communs, pour donner ou redonner des perspectives de développement. Dans ce but, FranceAgriMer organise le dialogue, la concertation et la mise en œuvre des politiques publiques au sein des onze Conseils spécialisés de filière, et favorise l’organisation des producteurs et la coopération avec les régions.

Accompagner, c’est apporter un appui financier aux projets des entreprises agricoles et agroalimentaires, sur des sujets précis et porteurs de progrès pour les filières, mais aussi, en temps de crise, permettre aux entreprises de passer des caps difficiles.

L’établissement met en œuvre et gère ainsi les dispositifs d’accompagnement à l’innovation ainsi que les mesures de soutien aux filières, techniques et financiers, nationaux et communautaires : en 2015, 640 M€ d’aides ont été versés aux filières, dont 60 % issus de crédits communautaires, et 40 000 contrôles réalisés. Les projets agricoles et agroalimentaires d’avenir bénéficient, quant à eux, d’un budget global de 120 M€.

FranceAgriMer contribue également à des actions de coopération technique, à l’ouverture des marchés et au rayonnement des filières à l’international. Ainsi, en 2015, l’établissement a contribué au renforcement des capacités d’exportation françaises, avec l’ouverture de 48 couples pays/produits.

Les « grands chantiers » de FranceAgriMer

Sept grands chantiers :

  • Traiter les mesures d'urgence
    En charge de la prise en charge administrative et financière d’aides de crise nationales et communautaires, FranceAgriMer développe veille et expertise en matière d’ingénierie d’aides. Ses équipes sont mobilisées pour concevoir et mettre en œuvre les dispositifs d’urgence, en lien avec les services du MAAF. Le plan de soutien à l’élevage 2016 est emblématique de cette mobilisation, qui se poursuit avec la gestion des mesures annoncées en faveur de la réduction de la production laitière.
     
  • Conforter notre expertise
    La volatilité croissante des marchés suppose une connaissance toujours plus fine des atouts des filières, mais aussi des enjeux auxquels elles sont confrontées, y compris à l’international. Dans ce but, l’établissement met à disposition de tous les acteurs les données de production et d’échanges à travers l’outil VISIONet, qui s’enrichit régulièrement de nouvelles données, et réalise des veilles concurrentielles par filière. FranceAgriMer gère également l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, qui a pour but d'éclairer les acteurs économiques et les pouvoirs publics sur la formation des prix et des marges au sein de la chaîne de commercialisation des produits issus de l'agriculture, de la pêche ou de l'aquaculture, et ainsi d’améliorer la transparence des transactions.
     
  • Accompagner l’innovation
    FranceAgriMer est opérateur du P3A (projets agricoles et agroalimentaires d’avenir), une action du Programme d’investissements d’avenir (PIA) dédiée aux secteurs agricoles et agroalimentaires, centrée sur la reconquête de la compétitivité de ces secteurs. C’est là un enjeu fort puisque la France doit renforcer ses positions en termes de marchés, tout en apportant des solutions d’avenir aux défis alimentaire, économique, environnemental et social. Une quarantaine de lauréats bénéficie déjà de soutien pour des projets innovants, dans les secteurs végétaux, animaux et transformés. D’autres suivront, puisque les appels à projets courent jusqu’en 2017.
     
  • Moderniser nos méthodes de travail et nos outils
    FranceAgriMer simplifie les relations avec ses usagers en développant des procédures dématérialisées. La délivrance d’autorisations de plantation de vignes est ainsi facilitée par Vitiplantation, un e-service développé en partenariat avec d’autres administrations et ouvert début 2016. Les dispositifs de restructuration du vignoble vont également être dématérialisés, de même que de nombreuses autres procédures, permettant de sécuriser et d’accélérer le traitement des demandes des bénéficiaires.
  • Contribuer au développement des filières
    FranceAgriMer élabore des orientations structurantes avec et pour les filières, grâce à la mise en place des plans d’actions stratégiques, régulièrement actualisés au sein des Conseils spécialisés, et aux réflexions prospectives menées collectivement. L’ensemble des filières agricoles et de la mer étant rassemblées en un seul établissement, des groupes de réflexion transverses sont créés et contribuent au dialogue entre filières végétales et animales, notamment, qui peuvent ainsi s’emparer de problématiques communes.
  • Faciliter les exportations
    Outre la priorisation des négociations sanitaires et phytosanitaires (SPS) visant à l’ouverture de nouveaux marchés, FranceAgriMer rénove, en partenariat avec la DGAL, l’outil Exp@don  afin de délivrer les certificats utilisés pour les exportations d'animaux, de végétaux et des produits de l'agroalimentaire, et met à disposition des opérateurs les conditions SPS pour l’exportation dans les pays tiers.
  • Renforcer nos liens avec les régions
    Les attributions des régions se sont vues renforcées par l’acte II de la décentralisation. Désormais bon nombre de dispositifs seront co-gérés avec les régions, ce qui demande un dialogue renforcé pour travailler en cohérence. La gouvernance de l’établissement reflète cette exigence, les régions siégeant désormais au conseil d’administration et dans les conseils spécialisés. FranceAgriMer travaille à mieux valoriser son expertise en région, via les DRAAF et à contribuer ainsi à une meilleure articulation des stratégies de filières avec les stratégies territoriales.

En 2016, FranceAgriMer fête 80 ans d’intervention publique en agriculture

Dès 1936, les politiques agricoles se sont appuyées sur un modèle original d’intervention publique qui associe étroitement l’État et les organisations professionnelles : les offices agricoles. Allant de l’encouragement à la réorientation des productions, du soutien aux secteurs en difficulté au développement de la compétitivité, leurs missions au service des filières ont évolué au fil du temps, accompagnant les transformations sociétales, européennes et mondiales.
FranceAgriMer est l’héritier de ce modèle qui, à l’heure de la mondialisation des échanges, reste pertinent pour accompagner les modernisations indispensables à la progression des performances économiques et environnementales des acteurs de ces secteurs.

FranceAgriMer - Carte d'identité

FranceAgriMer, établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère en charge de l’agriculture. Il est issu de la fusion des offices agricoles (ONIGC, Office de l’élevage, Viniflhor, Ofimer, Onippam), intervenue au 1er avril 2009.

Le siège social de FranceAgriMer se situe à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Trois délégations nationales y sont rattachées :

  • Libourne (Gironde), où sont gérées certaines des mesures de l’organisation commune de marché vitivinicole ;
  • La Rochelle (Charente-Maritime), où se trouve un laboratoire d’analyses spécialisé dans les céréales ;
  • Volx (Alpes-de-Haute-Provence), où s’effectue le suivi des plantes à parfum, aromatiques et médicinales, ainsi que des productions méditerranéennes (huile d’olive et riz).

En région, FranceAgriMer dispose de services territoriaux affectés dans les directions régionales de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF). Directement en lien avec les producteurs et opérateurs des différentes filières, les agents des régions assurent l’ensemble des missions de contrôle, de traitement des informations et des demandes d’aides qui sont du ressort de l’établissement.

Pour effectuer l’ensemble de ses missions, FranceAgriMer emploie 1139 personnes, dont 383 en région (chiffres 2015).

Voir aussi