France, Allemagne et Suisse unies pour le bien-être animal
Crédit ci-après
© Cheick Saidou / Min.Agri.Fr

Le 8 novembre 2017, la santé et le bien-être animal ont rassemblé le Rhin Supérieur, lors du colloque transfrontalier organisé par la Draaf Grand Est au lycée agricole d’Obernai. Au programme, les normes en vigueur dans les trois pays, les réglementations européenne et suisse, la réflexion avec les éleveurs, les pistes pour faciliter le dialogue entre professionnels et associations, et l'information des consommateurs.

Plus de 200 acteurs de la filière élevage (éleveurs, organisations professionnelles, vétérinaires, formateurs, ONG, transformateurs, consommateurs et distributeurs), mais également les représentants des délégations membres de la CRS (conférence du Rhin Supérieur) se sont réunis pour assister aux débats, aux ateliers et aux visites d’exploitation organisées dans le cadre de ce colloque.

La CRS, constituée du Bade-Wurtemberg (Freiburg et Karlsruhe), du sud de la Rhénanie Palatinat, du nord-ouest de la Suisse et de la partie alsacienne du Grand Est, était à l’initiative de ce rassemblement. Le groupe de travail « agriculture » de la CRS s’est penché sur cette question d’actualité et a réalisé une étude comparative de la mise en œuvre des directives européennes dans les régions du Rhin Supérieur en matière de santé et bien-être animal ainsi que des ordonnances suisses. Cette étude a été restituée à l’occasion de cette journée.

Cerner la notion de bien-être animal

La journée a démarré par une série de conférences ayant pour objectif de cerner la notion de bien-être animal à travers trois points de vue : professionnel, scientifique et économique. Des points importants ont été soulevés comme les progrès techniques de ces 30-40 dernières années, mais également le manque d’autonomie du territoire du Rhin supérieur pour certaines productions animales. L’idée qu’une augmentation de la part des produits locaux dans les rayons des magasins d’alimentation permettrait de rapprocher les éleveurs et les consommateurs fait aujourd’hui consensus.

La définition du bien-être animal prenant en compte le caractère naturel du mode de vie, le fonctionnement biologique et les émotions des animaux a été précisée sur le plan scientifique et a permis de faire le lien avec les quatre principes d’évaluation du bien-être animal retenus au niveau européen : une bonne alimentation, un bon logement, un bon état de santé et un comportement approprié.

Le groupe d’experts de la CRS a présenté les résultats des travaux de comparaison de la mise en œuvre des réglementations dans les 4 régions membres ainsi que les programmes d’accompagnement pour soutenir le bien-être animal dans les élevages de rentes. Ainsi en Suisse, le soutien de l’État et l’influence des marchés ont été mis en exergue.

Suite à ces conférences, les participants ont travaillé en 6 ateliers thématiques (bovins, ovins/caprins, porcins, volailles, santé animale et biosécurité et valorisation des produits respectueux du bien-être animal), préparés avec les ONG du Rhin Supérieur.

Des pistes concrètes de coopération transfrontalière

A l’issue des ateliers, plusieurs pistes concrètes de coopération transfrontalière ont été formulées :

  • mettre en place un réseau d’experts vétérinaires du Rhin supérieur pour la bonne sécurité sanitaire dans ce bassin Rhénan par le biais de rencontres régulières, de formations communes et d’exercices communs ;
  • transformer le groupe d’experts existant, plus ou moins élargi, en réseau d’acteurs pérenne pour la santé et le bien-être animal du Rhin Supérieur ;
  • informer et communiquer pour faire connaître à tous les acteurs du Rhin Supérieur et essaimer les bonnes pratiques d’élevage et leurs conditions de mise en œuvre. Cette communication doit viser les professionnels et le grand public ;
  • renforcer la formation des éleveurs ;
  • valoriser, par des signes d’identification de la qualité et de l’origine, les atouts des productions du Rhin Supérieur pour assurer la compétitivité des systèmes d’élevage les plus vertueux.

Des visites d’exploitation ont été programmées l’après-midi de part et d’autre du Rhin pour illustrer de bonnes pratiques d’élevage. Ceci a permis d’illustrer les pratiques des éleveurs et alimenter les échanges.

Ce colloque transfrontalier, de l’avis de tous les participants, a été une réelle réussite. Ses conclusions vont contribuer aux travaux en cours dans le cadre des États généraux de l’alimentation, tout comme la plate-forme de l’Union Européenne sur le bien-être animal.