Focus : Le Certiphyto, pourquoi, pour qui?
Tout acte professionnel portant sur l’utilisation, la distribution, le conseil ou la vente de produits phytopharmaceutiques sera bientôt soumis à la détention du certificat individuel (Certiphyto) qui atteste de connaissances suffisantes pour utiliser les pesticides en sécurité et en réduire leur usage. Quelles échéances, pour quelle utilité?

La vidéo

Jean-Yves Bourge, agriculteur dans la Sarthe, fait partie du réseau des fermes DEPHY et a suivi une formation Certiphyto il y a quelques mois. Ses impressions :

Tout savoir sur le Certiphyto

 

Le témoignage

Agriculteur à Saint Gervais en Belin dans la Sarthe, Jean-Yves Bourge est installé en GAEC avec deux associés. Fort de ses 180 hectares en grandes cultures, d’un élevage de porcs et de volailles, il s’est lancé dans une formation Certiphyto. Lors de son intervention au colloque Ecophyto du 27 février dernier, il témoigne de son expérience.

 

 

Que représente la formation Certiphyto au sein de votre activité d’agriculteur?

Le Certiphyto, c’est une obligation à réfléchir mieux sur nos pratiques agricoles. C’est le point de départ d’un raisonnement global sur la conduite d’une exploitation plus économe en produits phytopharmaceutiques : une bonne gestion des effluents [1] ou de la manipulation des produits, ça s’apprend. Je retiens aussi de ma formation Certiphyto la remise en avant des méthodes alternatives qui renvoient à plus d’agronomie, avec la nécessité de rebâtir des stratégies de protection des cultures.

Sur votre exploitation, quelles autres méthodes alternatives aux produits phytopharmaceutiques mettez-vous en place?

Il existe plusieurs méthodes alternatives qu’on peut adapter à sa propre exploitation. Avec mes associés, nous opérons un choix dans les variétés de blé en fonction de leur résistance, afin de moins les traiter. De la même manière, nous avons recours au binage sur les parcelles de maïs et de tournesol. Enfin, environ 90 % de ce qui est produit sur notre exploitation est utilisé pour nourrir les animaux, ce qui nous permet de faire des économies à plusieurs niveaux.

Selon vous, comment garantir l’efficacité du Certiphyto?

Ce qui est important, c’est d’adapter la formation Certiphyto à la région dans laquelle elle a lieu. Les agriculteurs, selon l’endroit où ils travaillent, développent des pratiques très différentes. Dans la Sarthe, par exemple, le sol est sableux voire humide parfois : c’est une contrainte à prendre en compte dans le travail de la terre. Et puis lorsque comme moi, on exerce son activité en zone péri-urbaine, la problématique du voisinage n’est pas à négliger. Une formation Certiphyto adaptée permet de réfléchir au bon moment pour traiter et aux précautions à prendre, sans donner l’impression de se cacher.


[1] Les effluents phytosanitaires sont des déchets de pesticides sous forme de fonds de cuve restant dans le pulvérisateur ou de bouillie dans les tuyaux

Voir aussi