Fête de la gastronomie : 3 questions à Sophie Le Bouleise, Commissaire générale
Portrait de Sophie MISE LE BOULEISE, au marché d'Aligre, Paris 12ème.
©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr
Près de 11 500 événements attendus ! Ateliers, dîners, pique-niques, marchés et rencontres avec des producteurs… la Fête de la gastronomie, du 22 au 24 septembre 2017, propose un week-end plein de saveurs pour petits et grands, dans toute la France. Rencontre avec Sophie Le Bouleise, Commissaire générale de cet événement.

N'est-ce pas un peu curieux d'organiser une Fête de la gastronomie en France ?

C'est en 2011 que la Fête de la gastronomie a été créée, quand le repas gastronomique français est entré au patrimoine immatériel mondial de l’Unesco. Avec l'idée de créer une mesure de sauvegarde majeure et une grande fête nationale, festive et populaire, qui rassemble au-delà de la gastronomie au sens strict, et qui célèbre la culture culinaire française dans toutes ses composantes : la convivialité, le plaisir des bons petits plats, la variété et la qualité des produits et une infinie palette de métiers et de savoir-faire, que bien des pays nous envient.

La gastronomie, c'est un enjeu culturel, mais aussi économique : elle fait partie de l'identité française, elle participe au rayonnement de la France. La gastronomie est un des meilleurs atouts de notre économie, en France comme à l'étranger. De nombreux secteurs sont concernés, l'agriculture, la pêche, tous les métiers de bouche, mais aussi la restauration, le tourisme, les arts de la table, la culture. C'est pourquoi la Fête de la Gastronomie est un événement national, voulu par le Gouvernement, porté par le ministère de l'Economie et des Finances avec le partenariat du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Cette année, la thématique choisie est « Au coeur du produit  ». Quelle est votre intention ?

En France, la gastronomie est un plaisir simple, comme une baguette bien cuite, un beurre de qualité ou un potage avec des légumes de saison. C'est pourquoi Stéphane Layani, le président du Marché d’Intérêt National de Rungis est le parrain de l’édition 2017. L'idée est d'amener les consommateurs à prendre conscience de ce qu'est un produit, comment il est fait, combien de temps il met à pousser, s'il est fait en France. Ce sera l’occasion de (re)découvrir les produits, les métiers liés à l'alimentation et aux plaisirs de la table, et vivre des expériences nouvelles, en suivant le parcours des aliments de la terre à l'assiette.

Des idées, pour ce week-end ?

Durant ces trois jours, qui mêlent événements gratuits et payants, le public pourra rencontrer tous les acteurs qui font la gastronomie. Le chef étoilé Julien Binz invitera trois personnes à suivre le déroulé d'un service au sein de sa brigade, dans son restaurant d'Ammerschwihr (Haut-Rhin). Dans le cadre de l'opération "Mangez Paris", un Village international de la Gastronomie parrainé par le boulanger Eric Kayser sera installé en bord de Seine, autour de la thématique du pain, avec petits-déjeuners pour les écoliers et leçons de cuisine. Ainsi que des chefs de l'association Relais & Châteaux, accompagnés de leurs maraîchers et producteurs, seront présents au Carreau du Temple à Paris où seront également organisés ateliers de cuisine et grands banquets. Et pour finir, les Entreprises du Patrimoine Vivant organisent deux jours autour des arts de la table et du savoir-faire français en la matière, à l'Hôtel de L'Industrie à Paris.

Retrouvez tous les événements de la Fête de la Gastronomie sur le site www.fete-gastronomie.fr