États généraux de l'alimentation - Une alimentation encore plus sûre, saine, durable et accessible à tous

Laurence Delva, Cheffe du service de l'alimentation, expose les enjeux du second chantier des États généraux de l'alimentation afin de garantir une alimentation encore plus sûre, saine, durable et accessible à tous.

Retranscription de la vidéo

Les objectifs des États généraux de l'alimentation sont multiples :

  • relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition
  • permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes
  • accompagner la transformation de l'agriculture afin de répondre davantage aux attentes des consommateurs.
  • promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable

La première phase des États généraux de l'alimentation a mis en lumière l'évolution des attentes des consommateurs :

  • des préoccupations environnementales au sens large : modes d'exploitation économes en intrants (antibiotiques, pesticides), la lutte contre le gaspillage,
  • l'approvisionnement de proximité,
  • la transition écologique et solidaire de l'agriculture promeut une alimentation durable : promouvoir une évolution des modes de production pour répondre aux attentes des consommateurs et des citoyens.
  • le respect du bien-être animal,
  • les produits sous signes de qualité,
  • les qualités nutritionnelles des aliments,
  • une meilleure information, plus de traçabilité et de transparence tant sur les modes de production que sur l'origine.

Le ministère de l'agriculture et de l'alimentation est particulièrement attentif à ces questions qui entrent pleinement dans son domaine de compétence.

En matière de sécurité sanitaire de l'alimentation, il appartient au ministère de mettre en œuvre l'ensemble des contrôles de « la fourche à la fourchette ». Ils concernent aussi bien la sécurité sanitaire de l'alimentation, la santé, la qualité et la protection des végétaux, et la santé et la protection animale.

Le ministère porte aussi des mesures incitatives en faveur du changement des pratiques : Ecophyto, Ecoantibio en faveur de la réduction de l'usage des antibiotiques, le programme national pour l'alimentation, la stratégie sur le bien-être animal.

Les quatre axes de la politique nationale de l'alimentation : la lutte contre le gaspillage ; la justice sociale contre l'insécurité alimentaire et pour une alimentation de qualité pour tous ; l'éducation alimentaire de la jeunesse ; l'ancrage territorial sont au cœur des débats des États généraux de l'alimentation.

Voir aussi