Et si vous leviez des fonds sur internet ?
08/04/2015
FINANCEMENT PARTICIPATIF - Le mouvement prend chaque jour un peu plus d’ampleur. Touscoprod, MyMajorCompany, Kisskissbankbank, Ulule... Vous connaissez certainement quelques uns de ces sites internet d’un genre nouveau, qui permettent de faire financer par les internautes des projets de toute sorte. Un petit dernier vient de voir le jour : MiiMOSA. Particularité : il s’adresse exclusivement aux acteurs de l’agriculture et de l’alimentation. Une première en France.

 

MiiMOSA, nouveau site de financement participatif dédié à l'agriculture et à l'alimentation
« En cette fin d’année 2014, le financement participatif représentait en France 160 millions d’euros. En 2020, le marché est estimé à environ 6 milliards d’euros. Cela va devenir un axe de financement incontournable, il est essentiel que l’agriculture prenne ce virage », estime Florian Breton, qui vient de lancer le site MiiMOSA. Grâce à cette nouvelle plateforme de financement participatif, ce petit-fils de viticulteurs, convaincu du fait que « l’Europe, l’État et les établissements financiers ne doivent pas être les seuls argentiers du redressement économique de notre agriculture », entend permettre aux citoyens de devenir les acteurs de notre économie agricole et alimentaire.

Sur MiiMOSA, les agriculteurs et acteurs de l’alimentation peuvent ainsi faire appel aux internautes pour financer leurs projets. Aménagement d’un espace d’accueil à la ferme, achat d’une yaourtière, restauration de chais, création d’un site internet de vente en ligne... à chacun de déterminer son projet, les possibilités sont infinies ! Seule règle : proposer à l’internaute des contreparties attractives (bouteilles de vin, séjour à la ferme, cours d’œnologie...), selon le principe du « don contre don ».

Pour Florian Breton, l’intérêt d’une telle collecte pour le porteur de projet est bien sûr financier, mais pas seulement :


 

Pour les porteurs de projets, une campagne – qui dure généralement entre 40 et 90 jours – a ainsi pour but de créer des relations à long terme avec de nouveaux clients. « Grâce à cette collecte, je pourrai élargir la communauté de la brasserie La Baleine », espère ainsi Bruno Torrès, créateur d’une micro-brasserie dans le 20è arrondissement de Paris, et qui organise une collecte sur MiiMOSA pour s’équiper d’une chaîne d’embouteillage. « On a vraiment l’impression de créer une communauté », complète Rinske Appelo, qui cherche à développer les capacités d’accueil de sa ferme, près d’Avignon. Si l’engouement pour ce qu’on appelle le « crowdfunding » est aussi fort, c’est peut-être aussi parce qu’il permet de créer du lien social en fédérant des communautés qui ne se seraient peut-être pas rencontrées sans les nouvelles technologies.

En pratique

Concrètement, pour réussir une campagne de financement participatif, il est important d’avoir en tête la règle dite « des trois cercles de contributeurs ». Explications :


 

-> Découvrir MiiMOSA : www.miimosa.com

 

Un exemple concret de financement participatif : La brasserie La Baleine


 

Voir aussi